Francesco De Musso (BGFI Bank) : «Les banques doivent étendre leur maillage et être plus proches de leur client »

Francesco De Musso  (BGFI Bank) :  «Les banques doivent étendre leur maillage et être plus proches de leur client »
Tags:

() - Dans un entretien accordé à notre rédaction au lendemain de sa participation au Forum Afrique 2019, le 8 février 2019 à Paris, le Directeur général de BGFIBank Europe, hub européen du groupe, Francesco De Musso (photo), s’exprime sur  les grands enjeux de cette rencontre ainsi que sur les mutations en cours dans le secteur bancaire en Afrique.

 

M. Francesco De Musso, quels étaient les grands enjeux du Forum Afrique 2019, organisé récemment à Paris, par « Le Moci » en partenariat avec le Conseil des investisseurs français en Afrique et la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, auquel vous avez pris une part active ?

M. Francesco De Musso: Ce dernier Forum Afrique avait pour objectif de mieux appréhender les transformations en cours en Afrique, au-delà des évolutions conjoncturelles, tant économiques que politiques. Les 1000 participants présents ont ainsi eu l’opportunité d’échanger sur plusieurs thématiques autour des nouveaux modèles économiques et des nouvelles solutions de financement en Afrique.

 

Au terme de cette conférence, quelle situation se dégage du secteur bancaire africain aujourd’hui ?

Après une période d’émergence et de forte croissance des acteurs bancaires panafricains, on note aujourd’hui une période de stabilisation, essentiellement liée aux évolutions réglementaires. La mise en œuvre des exigences Bâle II et III impose cette phase de transition pour les différents acteurs bancaires. Cela passe entre autres par le renforcement des fonds propres, la mise en œuvre de politiques d’appétence et de gestion des risques adaptées au business model et le durcissement des politiques de provisionnement.

 

Comment le secteur bancaire peut-il réellement contribuer à la transformation de l’Afrique ?

Le secteur bancaire est l’acteur principal du financement des économies africaines. La transformation est le premier ADN d’une banque qui a vocation à collecter des dépôts pour les prêter aux acteurs économiques qui en ont besoin. Pour mieux accompagner les économies, les banques doivent étendre leur maillage et être plus proches de leur client notamment pour sortir les champions de demain de l’informel. Être proche de nos clients constitue un enjeu majeur. C’est en ce sens que les initiatives comme le digital prennent tout leur sens car elles permettent de financiariser une clientèle plus large à moindre coût.

 

On note de plus en plus en résurgence des groupes bancaires africains, contre un retrait progressif des grandes banques classiques occidentales. A quoi est due cette situation ?

L’essor des banques africaines résulte directement des limites liées au business model des banques occidentales qui n’ont pas toujours été en mesure de s’adapter aux spécificités économiques locales. Il est une évidence sur nos marchés : on ne prête pas partout, aux mêmes conditions, et encore moins aux mêmes clients. Les banques africaines ont pour la plupart émergé grâce à la connaissance de leurs marchés.

 

Vous soutenez que « la transformation du continent dépend essentiellement des financements que le secteur bancaire africain est en mesure d’octroyer ». Pourtant on reproche aux banques de ne pas soutenir le financement à long terme. Cela ne constitue-t-il pas une chose et en même temps son contraire ?

Ces deux idées sont clairement liées car elles reposent sur la capacité des banques à financer les économies. Toutes les mesures susceptibles de renforcer la solidité des banques et leur capacité à financer au plus près les besoins des particuliers et des entreprises sont à encourager.

Le long terme est un point sur lequel nos économies sont fortement pénalisées en raison notamment de la faible profondeur des marchés financiers. Pour financer à long terme, il faut surtout mobiliser des ressources à long terme. Par exemple, les marchés financiers pourraient offrir des perspectives rentables aux investisseurs, et par conséquent, permettre au secteur bancaire de lever une épargne longue capable de transformer durablement le continent.

 

Est-ce le cas avec votre Groupe BGFIBank ?

Le groupe BGFIBank est un acteur financier né sur le continent africain pour servir les acteurs économiques présents en Afrique. BGFIBank est au service du financement des économies africaines et notre approche ne peut se concevoir autrement qu’en intégrant le respect des normes internationales. Notre force repose dans la prise en compte dans notre business model, des spécificités économiques locales de chacune de nos implantations. Notre ambition est d’être un groupe financier africain pour tout le monde.

 

L’arrivée des nouveaux instruments tels que le mobile banking sur le secteur ne va-t-elle pas impacter les performances du secteur bancaire africain ?

Le mobile banking représente un canal majeur pour accroître l’inclusion financière. Il vient en complément et non en opposition au secteur bancaire car il permet de toucher une autre clientèle et de répondre à des besoins nouveaux. Toutes les banques aujourd’hui disposent de solutions de mobile banking adaptées à leur clientèle. Dans le cas de BGFIBank, notre solution BGFIMobile nous a permis de renforcer notre base clientèle et de servir au plus près, plus vite et à moindre coût nos clients. Cette offre est venue enrichir un éventail de produits que nous offrions déjà aux clients. Le mobile banking est un exemple d’innovation technologique bien adapté aux services financiers, d’où son succès.

 

Quel est votre avis sur le financement participatif ? Constitue-t-il une alternative pour le financement du développement du continent ?

 Le financement participatif ou « crowdfunding » est déjà une alternative au financement traditionnel dans nos économies. Il existe depuis fort longtemps sous forme de tontine ou de financement communautaire. Les effets du financement participatif sont remarquables pour lutter contre la pauvreté et sortir certaines communautés de l’exclusion sociale. Toutefois, il reste encore limité en termes de volume : cela représente moins de 150 millions de dollars par an, ce qui est faible en comparaison avec les financements octroyés par les banques.

 

Au sujet de la filiale que vous dirigez, que peut-on retenir de l’année 2018, et du premier trimestre en cours ?

BGFIBank Europe est un établissement de crédit spécialisé, basé à Paris. Nous sommes le hub du groupe pour ses opérations internationales. Depuis 2 ans, notre filiale est au cœur d’un processus de transformation à tous les niveaux : commercial, humain, organisationnel et prévisionnel.

2018 aura été une année record pour la filiale, tant en termes d’activité que de rentabilité, depuis sa création en 2009. Notre produit net bancaire est en croissance de 26% sur la période. Nous avons étendu notre couverture géographique sur le continent et mis l’accent sur la diversification des acteurs que nous accompagnons. Quant au premier trimestre 2019, il s’inscrit dans la continuité de l’année achevée avec une rentabilité attendue au-delà de 50%. Nous restons confiants sur les perspectives à venir.

 

Propos recueillis par Stéphane Billé

Facebook (copie)

Le 14 août 2019
Mining
alpha-centauri-mining-lance-une-nouvelle-chaîne-de-production-d’or-au-gabon

Alpha Centauri Mining lance une nouvelle chaîne de production d’or au Gabon

Alpha Centauri Mining, détenue majoritairement par des capitaux émiratis et londoniens, a lancé en fin de semaine dernière, une nouvelle chaîne de production d’or sur son site de Ndjole près...
Le 13 août 2019
Transports
le-gabon-veut-instaurer-de-nouvelles-taxes-dans-le-transport

Le Gabon veut instaurer de nouvelles taxes dans le transport

Le gouvernement gabonais veut instaurer la redevance pour le développement des infrastructures aéronautiques et de la redevance carburant. Le ministre des Transports et du Tourisme, Justin Ndoundangoye, a exprimé cette...
Le 13 août 2019
Transports
la-bad-va-investir-26-milliards-de-fcfa-pour-l’extension-du-nouveau-port-d’owendo

La Bad va investir 26 milliards de FCFA pour l’extension du nouveau port d’Owendo

C’est par le truchement du Fonds africain pour les infrastructures (EAIF) que le nouveau port international d’Owendo entend mobiliser la somme de 200 milliards de FCFA, nécessaires aux financements des...
Le 9 août 2019
Energies
le-premier-ministre-gabonais-réceptionne-le-nouveau-code-des-hydrocarbures

Le Premier ministre gabonais réceptionne le nouveau code des hydrocarbures

Le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, Noël Mboumba, a procédé, ce 8 août 2019, à la remise officielle du nouveau code des hydrocarbures au Premier ministre, Julien...