La Banque mondiale fait le bilan de la filière bois au Gabon six ans après l’interdiction d’exportation des grumes

La Banque mondiale fait le bilan de la filière bois au Gabon six ans après l’interdiction d’exportation des grumes

() - La mission d’évaluation de la mesure d’interdiction d’exportation des grumes sur l’économie gabonaise conduite par la Banque mondiale a rendu ses conclusions. Celles-ci révèlent que la participation de la filière à l’économie est en constante croissance depuis six ans, sans oublier qu’elle a eu un impact sur la protection de l’environnement grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 69 millions de tonnes de gaz carbonique.

« Le nombre d’emplois dans l’industrie du bois a doublé, le nombre d’entreprises de transformation a augmenté, et cette interdiction d’exportation des grumes a permis d’éviter des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 69 millions de tonnes de CO2 équivalent », précise Sylvie Dossou, représentante résidente de la Banque mondiale au Gabon.

Ainsi, avant 2010, souligne le rapport, la consommation des industries du secteur oscillait entre 1,2 et 1,5 million de m3 de grumes par an. A ce jour, celle-ci a pratiquement doublé avec une production annuelle de 2,5 millions de m3 de bois transformé.

L’étude, dont le cahier des charges consistait également en l’identification d’objectifs réalistes, d’actions et de mesures à prendre afin d’accroître le poids de l’industrie du bois dans le PIB du pays, ressort que paradoxalement à cette embellie, la production nationale de grumes a chuté de manière drastique et que les recettes fiscales générées traditionnellement par le secteur ont connu un effondrement. Une conjoncture qui a causé des préoccupations d’approvisionnement chez certains industriels.

Au-delà, d’autres soucis viennent s’ajouter à ce tableau. L’on peut citer la baisse du prélèvement à l’hectare, la perte de technicité dans l’exploitation forestière, la chute de la formation du personnel, la déliquescence des équipements destinés à l’exploitation forestière, et l’essor de l’informel dans la filière, notamment au niveau domestique.

Auxence Mengue

 

Facebook (copie)

Le 19 septembre 2018
Agro
avec-7-des-importations-chinoises-de-bois-sciés-au-1er-trimestre-2018-le-gabon-se-positionne-en-premier-fournisseur-africain-de-l’empire-du-milieu

Avec 7% des importations chinoises de bois sciés au 1er trimestre 2018, le Gabon se positionne en premier fournisseur africain de l’empire du Milieu  

Selon les pointages de l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), cinq pays ont assuré, à eux seuls, 90% des importations chinoises de bois sciés, au cours du premier trimestre 2018....
Le 19 septembre 2018
Agro
des-coopératives-agricoles-pour-le-développement-de-l’agriculture-au-gabon

Des coopératives agricoles pour le développement de l’agriculture au Gabon

Dans le cadre de la lutte contre la faim et la malnutrition ainsi que la pauvreté rurale au Gabon, le bureau local de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et...
Le 19 septembre 2018
BTP
pour-réduire-les-coûts-de-production-le-marocain-cimaf-veut-construire-une-usine-de-clinker-au-gabon

Pour réduire les coûts de production, le Marocain Cimaf veut construire une usine de clinker au Gabon

Le directeur général de la zone 5 du groupe marocain CIMAF constitué du Gabon et du Congo, Salim Kaddourri, a fait part aux autorités de l’intention du cimentier, de construire...
Le 19 septembre 2018
Agro
libreville-accueille-la-cinquième-édition-de-l’africa-agri-forum-en-décembre-2018

Libreville accueille la cinquième édition de l’Africa Agri Forum en décembre 2018

Fort du succès de ses quatre précédentes éditions à Abidjan, l’Africa Agri Forum s’invite pour la première fois en Afrique centrale et précisément à Libreville au Gabon, les 10 et...