L’exécution des comptes spéciaux au Gabon s’élève à 11,3 milliards FCFA au troisième trimestre 2018

Fabrice Andjoua Bongo Ondimba, Directeur général du budget et des finances publiques Fabrice Andjoua Bongo Ondimba, Directeur général du budget et des finances publiques

() - Pour une prévision annuelle révisée de 99,4 milliards FCFA en recettes et en dépenses, l’exécution des comptes d’affectation spéciale présente un solde créditeur de 11,3 milliards à fin septembre 2018. A la même période en 2017, ces comptes affichaient un solde débiteur de 24,8 milliards FCFA.

De manière détaillée, la Direction générale du budget et des finances publiques (DGBFiP) indique que le compte d’affectation spéciale « Pensions », mis en place en 2016 et qui présente les opérations en recettes (cotisations sociales) et en dépenses (pensions) de l’ensemble des régimes de pensions de retraite, a été exécuté en recettes et en dépenses pour la période sous revue, pour un montant de 44,9 milliards FCFA soit un taux de 80% par rapport à la prévision arrêtée à 56,1 milliards.

Le compte d’affectation spéciale « Promotion du sport », quant à lui, créé dans la Loi de finances 2017, pour retracer les dépenses mises en œuvre par le Fonds national pour le développement du sport (FNDS), voit sa réalisation en recettes à 252%, par rapport à la prévision pour une exécution en dépenses de 95%. Ce CAS a ainsi généré un solde positif de 9 milliards FCFA.

Dans le même temps, le compte d’affectation spéciale « Prestations familiales et sociales », créé également dans la Loi de finances 2017, pour retracer les opérations relatives aux prestations familiales gérées par la Caisse des pensions et des prestations familiales (CPPF), est équilibré pour une exécution en recettes et en dépenses de 15,3 milliards FCFA.

Le compte d’affectation spéciale « Promotion audiovisuelle et cinématographique » mis aussi en place dans la LFR 2017, sur une prévision de 1,9 milliard FCFA, affiche respectivement en recettes et en dépenses, une exécution de 2,7 milliards et de 2,3 milliards.

Le compte d’affectation spéciale « Formation pour l'emploi » qui affiche un montant de 1,9 milliard FCFA correspondant à la mobilisation des recettes enregistrées n’a connu, à ce jour, aucun mouvement en dépenses.

Il en est de même du compte d’affectation spéciale « Service universel des communications électroniques » qui n’a pas fait l’objet d’exécution en recettes ni en dépenses, depuis le premier trimestre 2018.

Stéphane Billé avec la DGBFiP

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...