L’accord sur la zone de libre-échange continentale pourrait être signé d’ici janvier 2018

L’accord sur la zone de libre-échange continentale pourrait être signé d’ici janvier 2018

() - La libéralisation du commerce des marchandises, des services et des investissements, la levée des obstacles techniques au commerce et la définition des mesures sanitaires et phytosanitaires, couronnées des modes de règlement des litiges intégrés ainsi que la libre-circulation des personnes, sont entre autres centres d’intérêt qui étaient au cœur des cinq jours de concertation qui ont réuni une quarantaine d’experts du continent à Douala, capitale économique du Cameroun, du 1er au 4 août.

Ces derniers ont planché sur la répartition des charges collectives et réfléchi sur la mise en place d’une Task Force régionale. Car, selon les experts, les estimations du volume des échanges entre pays du continent sont évaluées à 25% sur les 10 prochaines années.

Mais au niveau régional, les experts entendent définir une stratégie communautaire harmonisée avant de la soumettre au niveau continental. «Il est prévu que les négociations techniques prennent fin entre octobre et novembre, et que l’accord puisse être signé par les chefs d’Etats soit en décembre prochain, soit en janvier 2018», précise Emmanuel Mbarga, négociateur en chef de la zone de libre-échange continentale pour le Cameroun dans la presse locale.

La Task Force régionale mise en place au cours de cette réunion présidée par le délégué du Gabon, devrait se réunir à la fin de ce mois, apprend-on de Cameroon Info ; une autre réunion se tiendra à Durban en Afrique du Sud avec l’ensemble des participants de la session de Douala. Pour certains Etats comme le Cameroun, il est question d’intégrer cet espace commercial d’une valeur de 3400 milliards de dollars avec des choses à proposer. «Il s’agit de renforcer les capacités de production, de productivité, question de fabriquer des produits qui vont circuler dans les autres pays », explique l’expert camerounais.

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 février 2018
Services publics
en-représailles-à-la-rupture-de-la-concession-détenue-au-gabon-veolia-pourrait-geler-ses-investissements-dans-15-pays-du-continent

En représailles à la rupture de la concession détenue au Gabon, Veolia pourrait geler ses investissements dans 15 pays du continent

Le directeur général du groupe français Veolia, Antoine Frérot, a annoncé le 21 février 2018, au cours d’un conseil d’administration du groupe, que l’entreprise va suspendre ses investissements étrangers sur...
Le 24 février 2018
Sécurité
le-gabon-peaufine-l’organisation-du-prochain-sommet-des-chefs-d’etat-du-copax

Le Gabon peaufine l’organisation du prochain Sommet des chefs d’Etat du COPAX

Instruit par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a eu une séance de travail relative à l’organisation du sommet du Conseil de paix...
Le 23 février 2018
Gouvernance
selon-koffi-ben-nassar-le-fmi-est-satisfait-des-efforts-entrepris-par-le-gabon-pour-l’apurement-de-la-dette-intérieure

Selon Koffi Ben Nassar, «  le FMI est satisfait des efforts entrepris par le Gabon pour l’apurement de la dette intérieure ».

En séjour au Gabon depuis quelques jours, une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par l’économiste senior du département Afrique, Koffi Ben Nassar, a été reçu ce 22 février,...
Le 23 février 2018
Services publics
retour-progressif-de-la-situation-à-la-normale-à-la-seeg

Retour progressif, de la situation à la normale à la SEEG

Le spectre d’incertitude qui planait sur la Société d’eau et d’énergie du Gabon depuis le début de la semaine, à la suite de la résiliation du Contrat qui liait l’Etat...