La Banque de France note un dynamisme économique dans l’UEMOA contrairement en zone CEMAC en 2017

La Banque de France note un dynamisme économique dans l’UEMOA contrairement en zone CEMAC en 2017

() - La Banque de France vient de publier son rapport sur la Zone franc en 2017. Celui-ci fait état d’un taux de croissance de 3,9 % en termes réels en 2017, contre 3,6 %, en 2016.

Selon cette institution, au cours de cette période étudiée, la croissance de l'activité économique en Zone franc est restée supérieure à celle de l'Afrique subsaharienne, mais des écarts significatifs demeurent entre les pays.

Les pays exportateurs de pétrole ont continué de subir les contrecoups de la baisse du prix du baril de mi-2014 à début 2016.

Ainsi, l'activité économique dans l’UEMOA, portée par la croissance de la Côte d'Ivoire et du Sénégal, a continué de progresser au rythme soutenu de 6,7 %, alors qu'elle a stagné en CEMAC.

Tous les pays de la CEMAC, à l'exception de la Centrafrique, demeurent en effet plus sensibles aux fluctuations du prix des matières premières et notamment du pétrole.

L'Union des Comores a quant à elle connu une légère progression de sa croissance en 2017, à 3,0 %, portée notamment par la hausse de la production de produits agricoles.

Par ailleurs, les pays de la Zone franc ont continué d'enregistrer des taux d'inflation (+ 0,8 % en moyenne annuelle), nettement plus faibles que ceux de l'Afrique subsaharienne (+ 11,0 %) en 2017.

En outre, l'arrimage à l'euro a en effet protégé les pays de la Zone Franc des chocs inflationnistes consécutifs, à de fortes dépréciations du taux de change, auxquelles ont été confrontés les pays en développement les plus vulnérables, souligne la Banque de France.

Cette inflation très modérée est observée dans l'ensemble des régions de la Zone franc, tant en CEMAC, avec + 0,9 % en moyenne annuelle, qu'en UEMOA (+ 0,8 %) et en Union des Comores (+ 1,0 %).

Il est à noter que le Rapport de la Zone franc a été rénové et recentré sur les évolutions globales et structurelles. A savoir : la montée de l'endettement public; les liens entre Etats et banques et enfin, la diversification des exportations qui demeure insuffisante pour favoriser le développement économique.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 17 février 2019
Economie
pour-daniel-ona-ondo-on-ne-peut-plus-faire-léconomie-du-débat-sur-le-franc-cfa

Pour Daniel Ona Ondo, on ne peut plus faire l'économie du débat sur le franc CFA

Invité à prendre la parole le 14 février dernier en France, à la table ronde haut niveau organisée conjointement par la Banque de France, l’Agence française de développement et la...
Le 16 février 2019
Gouvernance
la-commission-cemac-et-le-ferdi-s’accordent-sur-des-questions-dintelligence-économique-et-de-politique-fiscale

La Commission CEMAC et le FERDI s’accordent sur des questions d'intelligence économique et de politique fiscale

La Commission de la CEMAC poursuit son déploiement international. Le 14 février 2019, au siège de la Banque de France, à la faveur d’une table ronde de haut niveau qui...
Le 15 février 2019
Gouvernance
une-propriété-ayant-accueilli-le-général-charles-de-gaulle-et-son-épouse-vendue-à-l’etat-gabonais

Une propriété ayant accueilli le général Charles de Gaulle et son épouse vendue à l’Etat gabonais

L’ambassadeur de France près le Gabon, Philippe Autié, a procédé le 13 février dernier, à la remise des clés de la « Villa Yvonne » à l’Etat gabonais, suite à sa vente...
Le 15 février 2019
Social
changements-climatiques-ali-bongo-a-mobilisé-deux-millions-de-dollars-durant-son-mandat-à-la-tête-du-cahoscc

Changements climatiques : Ali Bongo a mobilisé deux millions de dollars durant son mandat à la tête du CAHOSCC

Deux ans après avoir succédé au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi à la tête du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement africains sur les changements climatiques (CAHOSCC), le président...