Chute des exportations hors-pétrole au troisième trimestre 2018

Chute des exportations hors-pétrole au troisième trimestre 2018

() - Le troisième trimestre de l’année en cours, n’aura pas été favorable pour le Gabon, en matière d’exportations hors-pétrole.

En effet, selon la Direction générale de l’économie, pour la première fois depuis 2016, les exportations hors-pétrole ont enregistré une légère baisse (-1,6%), suite à la contraction de la demande des produits tels que les bois sciés, le caoutchouc et l’huile de palme.

Dans ce cadre, la baisse des exportations de bois sciés (-16,2%) est due à la diminution des ventes vers les continents européen (-30,1%), africain (-28,5%) et asiatique (-4,4%) liée aux difficultés logistiques au niveau du Port d’Owendo. Car de nombreuses entreprises n’auraient plus d’espace disponible pour le stockage des caisses en placage. De plus, l’insuffisance des navires entrainerait le blocage de plusieurs conteneurs.

La chute de la valeur des exportations de caoutchouc naturel (-30,6%) quant à elle, fait suite, en partie, à la dégradation des cours mondiaux du caoutchouc naturel et au repli des ventes à destination de l’Europe (-36,3%) et de l’Asie (-59,3%), ainsi qu’à la baisse de la production nationale. Néanmoins, on note une remontée au cours du troisième trimestre, comparativement aux deux premiers trimestres 2018.

Les exportations d’huile de palme ont également enregistré une baisse à cette période sous-revue, par rapport au deuxième trimestre. En glissement annuel, elles ont observé une baisse de 19,5% à 1,9 milliard de FCFA, malgré la hausse observée des ventes à destination de l’Europe, qui ont quadruplé, passant de 0,4 milliard de FCFA à 1,6 milliards de FCFA. On note par contre un recul des ventes à destination du Bénin, du Cameroun et du Mozambique à fin septembre 2018.

S’agissant des exportations du secteur minier, elles ont connu une forte hausse 25,6% (+21,2% pour les minerais de manganèse et +4,4% pour le ferro-sillico manganèse). Cette évolution a été favorisée par une augmentation des commandes des industries sidérurgiques émanant, notamment de la Chine (pour le minerai de manganèse) ainsi que de la Norvège et du Vietnam (pour le ferro-silico manganèse), d’une part, et une augmentation de la valeur taxable au niveau du cordon douanier de ce produit, d’autre part.

Les commandes des produits dérivés du pétrole ont également augmenté de 4% suite, notamment, à l’amélioration des achats des pays du continent européen (Pays-Bas, Grande-Bretagne, etc..) et du continent africain (Congo, Bénin et Maroc).

Stéphane Billé  

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 18 juin 2019
Economie
le-fmi-renforce-la-collaboration-entre-es-la-douane-et-les-impôts-pour-améliorer-la-mobilisation-des-recettes-fiscales-au-gabon

Le FMI renforce la collaboration entre es la douane et les impôts pour améliorer la mobilisation des recettes fiscales au Gabon

Dans le cadre des activités du Centre régional d’assistance technique pour l’Afrique centrale (Afritac centre) pour l’année 2020, une mission d’assistance technique en matière d’administration fiscale se déroulera du 1er au...
Le 18 juin 2019
Gouvernance
moody’s-révise-la-notation-souveraine-du-gabon-de-positive-à-stable

Moody’s révise la notation souveraine du Gabon de positive à stable

Après une mission d’évaluation de la situation économique du pays, le 24 mai dernier, aux fins d’actualiser la note souveraine, l’agence de notation Moody’s vient de réviser la notation souveraine...
Le 17 juin 2019
Economie
le-gabon-va-évaluer-ses-stocks-halieutiques-démersaux-exploités-dans-la-zone-économique-exclusive

Le Gabon va évaluer ses stocks halieutiques démersaux exploités dans la Zone économique exclusive

Un groupe de travail scientifique va se réunir du 11 au 19 juillet 2019 à Libreville. Il travaillera sur l’évaluation des principaux stocks halieutiques démersaux exploités dans la Zone économique...
Le 17 juin 2019
Economie
les-économies-de-la-cemac-améliorent-leur-compétitivité-au-1er-trimestre-2019

Les économies de la Cemac améliorent leur compétitivité au 1er trimestre 2019

Sous l’effet d’une dépréciation du taux de change effectif nominal, et d’un taux d’inflation moins élevé dans la sous-région que chez ses concurrents et partenaires, la compétitivité-prix des économies de...