Lutte contre la vie chère: le gouvernement exige le respect des mesures de 2012 et 2016

Lutte contre la vie chère: le gouvernement exige le respect des mesures de 2012 et 2016

() - La vague de hausse des prix des denrées alimentaires dans les grandes surfaces et les marchés gabonais semble trouver des coupables à divers niveaux. Après avoir mis à l’index les opérateurs économiques qui ont profité de l’instauration de la taxe sur la contribution spéciale pour la solidarité, le gouvernement a désormais dans son viseur la passivité des autorités portuaires.

Outre cet aspect, les associations de consommateurs se mobilisent pour dénouer la crise. Aussi, après enquête, ont-elles observé que certaines enseignes appartenant aux grands groupes s’illustrent par des pratiques commerciales répréhensibles.

Ces enseignes, en l’occurrence les groupes Foberd, Ceca Gadis et la Setrag, se livrent, d’après l’organisation gabonaise des consommateurs (OGC), à « la spéculation de la vente d’eau minérale» d’une part, tandis que d’autres ont augmenté le tarif du ticket de transport par train.

Face à cette situation, le gouvernement profitant de la campagne engagée pour lutter contre la spéculation sur l’étendue du territoire, a appelé les opérateurs du secteur de la grande distribution à respecter les mesures gouvernementales de 2012. Renforcées en 2016, elles portaient sur la suppression des droits de douane et de la TVA de neuf catégories de produits alimentaires, l’instauration d’un régime de liberté contrôlée des prix pour les produits importés et les produits locaux, ainsi que le plafonnement des prix de 166 produits de consommation courante.

« L’Etat gabonais affiche la ferme volonté de maintenir et d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages. La valse des étiquettes observée aujourd’hui ne se justifie pas, et doit amener les commerçants à réviser les prix. La nouvelle taxation mise en place, à savoir la Contribution spéciale de solidarité, ne s’applique pas aux produits de première nécessité et ne doit pas constituer un prétexte pour accroître indûment les marges bénéficiaires.» affirme-t-on du côté des officiels.

Auxence Mengue

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 mai 2018
Gouvernance
paulo-drummond-et-djiembi-mouely-font-le-point-sur-le-programme-d’afritac-centre-pour-les-pays-de-la-cémac

Paulo Drummond et Djiembi Mouely font le point sur le programme d’Afritac Centre pour les pays de la Cémac

Respectivement coordonnateur du Centre régional d’assistance technique du FMI en Afrique centrale (Afritac Centre), et représentant de la Commission de la Cemac au Gabon, Paulo Drummond (photo) et Djiembi Mouely...
Le 24 mai 2018
Santé
denise-mekam’ne-présente-les-grands-axes-de-la-politique-sanitaire-gabonaise-à-l’oms

Denise Mekam’ne présente les grands axes de la politique sanitaire gabonaise à l’OMS

La ministre d’Etat, en charge de la Santé, Me Denise Mekam’ne (photo), représente le Gabon à la 71ème Assemblée mondiale de la Santé, qui se tient du 21 au 26...
Le 24 mai 2018
Economie
cemac-la-balance-des-paiements-sera-excédentaire-de-4715-milliards-fcfa-en-2018-après-un-déficit-de-1033-milliards-en-2017

Cemac: la balance des paiements sera excédentaire de 471,5 milliards Fcfa en 2018, après un déficit de 103,3 milliards en 2017

« Balance des paiements ». Les spécialistes expliquent que cette expression désigne un document qui retrace sous forme comptable, l'ensemble des échanges de biens, services et de capitaux pendant une période donnée...
Le 24 mai 2018
Gouvernance
la-commission-de-la-cemac-s’installe-à-malabo-le-1er-juin

La Commission de la CEMAC s’installe à Malabo le 1er juin

Une note de service du président de la Commission de la CEMAC, Daniel Ona Ondo (photo), datée du 11 mai 2018, est venue sceller définitivement la délocalisation des bureaux de...