Lionel Zinsou : «  La question qu’il faut se poser pour une monnaie est celle de savoir si elle fait bien son travail ».

Lionel Zinsou : «  La question qu’il faut se poser pour une monnaie est celle de savoir si elle fait bien son travail ».
Tags:

() - Interrogé sur la question de la sortie des pays africains, de la zone franc qui anime actuellement les débats dans les chaumières en Afrique, Lionel Zinsou (photo), économiste franco-béninois, PDG du fonds d'investissement européen PAI Partners et ancien Premier ministre du Bénin, présent à Libreville, sur invitation du gouvernement gabonais dans le cadre d’un séminaire gouvernemental, du 14 au 15 septembre dernier, donne son point de vue.

Le Nouveau Gabon : M. Lionel Zinsou, quelle est votre position sur la polémique qui a actuellement cours autour du FCFA en Afrique ?

Lionel Zinsou : Pour cette question de la sortie des pays africains de la zone franc CFA, je voudrais vous rappeler qu’il faut d’abord s’en tenir aux contours financiers, monétaires et économiques au lieu de se figer sur les considérations et controverses politiques.

C'est-à-dire…

Autrement dit, la question primordiale qu’il faut toujours se poser autour d’une monnaie, est celle de savoir, si elle fait bien son travail. Car, pour une monnaie, il faut qu’elle assure bien les paiements. Il faut par exemple qu’elle n’ait pas un marché noir. Or, en Afrique, il existe plusieurs monnaies qui ont des marchés noirs et de nombreux taux de change. De telle sorte que le plus souvent, on a du mal à maitriser sa valeur contre les principales devises. Heureusement, le franc CFA, comme d’autres monnaies, à l’instar de celles du Maghreb est une monnaie saine. Il n’a pas de marché noir et encore moins, de multiples taux de change.

La deuxième question qu’il faut se poser, c’est celle de savoir si elle conserve sa valeur. Est-ce qu’elle permet aux épargnants d’avoir une visibilité sur leurs transactions. C’est d‘ailleurs l’autre très grande fonction de la monnaie. Dans ce cadre, le FCFA dispose d’une très grande stabilité. Dévalué une fois en 70 ans, il a une très grande capacité de garder la valeur de l’épargne.

La troisième considération, c’est son intégration régionale. Le franc CFA est une monnaie qui permet à plusieurs pays d’échanger entre eux de façon très simple. C’est un facteur d’intégration très important des deux zones économiques que sont : la Cémac et de l’Uemoa. Non seulement, elle facilite les échanges, elle favorise également les mouvements financiers entre ces deux zones, ainsi que le fonctionnement des marchés financiers.

Donc, si la question est de savoir si le FCFA fait son travail, nous pensons à ce niveau qu’il le fait effectivement.

Au-delà de ces différents aspects, y a-t-il d’autres critères qu’une monnaie doit également remplir ?

Oui, il y a d’autres questions telles que la parité fixe. C’est un aspect que la plupart des pays recherchent avec leurs principaux partenaires. Si vous prenez par exemple les pays du Golfe, personne ne peut le nier, ce sont des pays riches et souverains, et maitres de leurs décisions en matière économique et financière. Leur monnaie a une parité fixe avec le dollar. Ce qui est un avantage considérable pour leurs économies. Car, une parité fixe est une visibilité de long terme vis-à-vis des pays avec lesquels on fait beaucoup d’échanges.

Or, dans cette logique, l’euro zone, première puissance mondiale d’exportation, est le premier partenaire de l’Afrique en matière d’importations, d’exportations, des investissements étrangers et pour l’Aide publique au développement. Ces quatre éléments sont hautement importants pour les pays de la zone franc. En outre, avec l’euro zone, l’on a une large visibilité sur les échanges.

Si vous prenez la zone rand, elle est en parité fixe avec le rand sud-africain. Pourquoi, parce que l’Afrique du sud est le premier partenaire des pays de l’Afrique australe. On a de nombreux exemples à travers le monde en matière de monnaie.

D’aucuns soutiennent que le franc CFA est un goulot d’étranglement des économies africaines

C’est une question qu’il faut bien appréhender. Car, il suffit de regarder la zone franc par rapport aux autres pays et à d’autres monnaies. Il se trouve que la zone de l’Uemoa est la région d’Afrique, où la croissance est plus forte depuis maintenant trois ans. Donc, il n’est pas établi que les pays de la zone franc soient en retard de développement par rapport à leurs voisins, lorsqu’on prend en considération tous ces aspects techniques.

Qu’en est-il des réserves de changes contenues dans les comptes d’opérations du trésor français?

A ce niveau on peut se dire qu’il y a évidemment de la place pour des réformes. Car, il n’est pas important que les réserves de changes soient partiellement contenues dans les comptes d’opérations du trésor français. Mais ce détail pour moi est secondaire. La zone franc est pleinement souveraine. Puisque l’on peut fixer la politique monétaire, les taux d’intérêts qui sont des éléments majeurs de la souveraineté monétaire.

En revanche, si on pense qu’il y a un trésor caché, avec les deux mois de réserves de changes dont dispose la Cémac, contre quatre pour la zone de l’Uemoa dans les comptes d’opérations du trésor français, il faut néanmoins relever que si ces réserves qui ne sont déjà pas très importantes pour couvrir le financement de nos importations, sont dépensées pour autre chose, alors on risque d’avoir des problèmes de liquidités.

La preuve, beaucoup de pays du continent ont du mal aujourd’hui à importer, parce qu’ils n’ont plus assez de réserves de changes. En conclusion, il ne faut pas penser qu’il y a un trésor caché qu’il faut à tout prix récupérer.

Par contre, ce que j’observe, c’est qu’il y a très peu de gouvernements, même si on en compte quelques-uns, et très peu de chefs d’entreprises pour qui, cette question devient lancinante.

D’autres disent du franc CFA, qu’il est une devise étrangère, qu’en dites-vous ?

Oui certains vont jusqu’à attaquer le franc CFA au niveau de sa dénomination. Personne ne peut douter de l’indépendance du Rwanda avec le franc rwandais, de l’indépendance de la Suisse avec le franc suisse, en réalité moi, je crains que le changement de nom d’une monnaie n’ait vraiment pas d’importance. Mais, si c’est politiquement et symboliquement important, il y a de la place pour des réformes pour ce sujet.

Selon vous, à quel niveau se situe donc le problème ?

Le débat sur la sortie de la zone franc ne mérite pas de polémique. Et rien de tout ce qui se dit jusque-là autour du franc CFA ne mérite d’envenimer le débat. Pour moi, c’est un sujet qui doit plutôt être calme et traité par les spécialistes des questions économiques et financières.

Propos recueillis par Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 13 décembre 2017
Social
sécurité-alimentaire-le-conseil-gabonais-des-chargeurs-et-l’agence-pour-la-sécurité-alimentaire-signent-une-convention-de-partenariat

Sécurité alimentaire : le conseil gabonais des chargeurs et l’Agence pour la sécurité alimentaire signent une convention de partenariat

La convention signée entre Liliane Nadège Ngari, directrice générale du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), et Sylvain Patrick Enkoro, directeur général de l’Agence gabonaise pour la sécurité alimentaire (Agasa), vise...
Le 13 décembre 2017
Gouvernance
le-gabon-offre-500-000-dollars-pour-l’initiative-africaine-sur-le-climat

Le Gabon offre 500 000 dollars pour l’Initiative africaine sur le climat

La tenue à Paris du One Planet Summit le 12 décembre, a donné l’occasion au président du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC),...
Le 12 décembre 2017
Gouvernance
régis-immongault-propose-linnovation-comme-moyen-d’adaptation-au-réchauffement-climatique

Régis Immongault propose l'innovation comme moyen d’adaptation au réchauffement climatique

La position du Gabon dans le cadre du financement de la lutte contre le changement climatique, a une fois de plus été défendue, ce lundi 11 décembre 2017, à Bercy,...
Le 12 décembre 2017
Régulation
sommet-sur-le-climat-de-paris-ali-bongo-va-plaider-le-respect-des-engagements-financiers-des-etats-pollueurs

Sommet sur le climat de Paris : Ali Bongo va plaider le respect des engagements financiers des Etats pollueurs

C’est en qualité de président du Comité des chefs d'Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSC), qu’Ali Bongo Ondimba (photo), prend la parole ce jour à Paris...