Le régulateur sommé par le gouvernement de sanctionner des compagnies de téléphonie mobile

Le régulateur sommé par le gouvernement de sanctionner des compagnies de téléphonie mobile

() - En raison de la dégradation constante de la qualité du réseau et des communications de certains opérateurs de téléphonie, le ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Guy Bertrand Mapangou (photo), a sommé l’Agence de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep), de sanctionner deux opérateurs de téléphonie mobile opérant au Gabon.

En fait, la présentation des résultats du 12ème audit de la qualité des réseaux  de téléphonie mobile du Gabon, révèle que Gabon Telecom et Airtel Gabon ne brillent pas par un respect de leur cahier des charges en dehors des grandes agglomérations où ils réalisent plus de bénéfice.

En dehors de Libreville et Port-Gentil qui bénéficient d’une couverture de qualité presqu’irréprochable, les zones rurales, apprend-on dans la presse locale, ne semblent pas prises en compte dans les programmes de développement des deux opérateurs, en dépit des promesses d’ajustement.

«Globalement, les deux réseaux satisfont aux exigences du cahier des charges sur Libreville et Port-Gentil mais pas sur le reste du pays. Il y a une certaine fracture qui a été constatée qu’il va falloir corriger rapidement.», explique à la presse locale, Patrice Miconi, patron de PMI Conseil, auteur de l’audit.

Pour le ministre, rapporte la presse locale, il n’est plus question que ces deux opérateurs s’enrichissent au détriment de leur partenaire.

«En 2016, vous avez prétexté que six mois c’était trop court pour vous permettre de corriger les manquements observés. On vous a donné deux ans, vous n’avez rien fait pour améliorer la qualité de vos réseaux. Or, on vous a fait des facilités d’installation qui, au final, ne vous servent qu’à faire plus d’argent sans en faire profiter le Gabon.»

« Vous n’allez pas continuer de vous jouer de votre partenaire qu’est l’Etat gabonais. Ce n’est pas amical.», prévient-il.

Le président de l’autorité de régulation, Lin Mombo, qui indique qu’entre 2016 et 2018, les choses se sont davantage dégradées, a assuré le gouvernement de la prise de mesures fortes, conformément à la réglementation en vigueur.

PcA

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 janvier 2019
Gouvernance
julien-nkoghe-bekalé-prescrit-lefficacité-budgétaire-lexécution-des-projets-et-la-conduite-de-laction-collective-au-gouvernement

Julien Nkoghe Bekalé prescrit l'efficacité budgétaire, l'exécution des projets et la conduite de l'action collective au gouvernement

Comme il fallait s’y attendre, pour son tout premier conseil interministériel présidé ce 22 janvier 2019, le PM Julien Nkoghe Bekalé (photo) a décliné sa feuille de route au gouvernement. Outre...
Le 23 janvier 2019
Gouvernance
l’optimisation-de-la-gestion-des-investissements-publics-au-cœur-d’un-séminaire-interrégional-à-libreville

L’optimisation de la gestion des investissements publics au cœur d’un séminaire interrégional à Libreville

Les centres régionaux d’assistance technique du Fonds monétaire international pour l’Afrique centrale (Afritac centre) et de l’Ouest (Afritac Ouest), organisent conjointement un séminaire interrégional sur le thème « Optimiser la gestion...
Le 23 janvier 2019
Régulation
les-infrastructures-routières-constituent-la-priorité-du-nouveau-premier-ministre

Les infrastructures routières constituent la priorité du nouveau Premier ministre

Parce que la route joue un rôle très important dans le développement socio-économique d’un pays, Julien Nkoghe Bekale entend faire de celle-ci la priorité de son gouvernement. Aussi, a-t-il effectué une...
Le 23 janvier 2019
Economie
la-zone-de-nkok-veut-vendre-ses-produits-dans-le-marché-commun-cemac-ceeac

La zone de Nkok veut vendre ses produits dans le marché commun Cemac/CEEAC

Le président de la Commission de la Cemac, Daniel Ona Ondo, a organisé une séance de travail avec les opérateurs de la zone économique spéciale de Nkok sur les méthodes...