Université Omar Bongo : la contestation des frais d’inscription se déporte à la Cour constitutionnelle

Université Omar Bongo : la contestation des frais d’inscription se déporte à la Cour constitutionnelle

() - Depuis quelques jours, les étudiants de l’université Omar Bongo de Libreville expriment leur mécontentement quant à la hausse des frais d’inscription par le gouvernement.

En fait, selon un arrêté du ministère de l’Enseignement supérieur pris en juin dernier, les frais d’inscription à l’université et dans les grandes écoles ont augmenté de la 1ère à la 3ème année de 9 000Fcfa à 50 000Fcfa. Pour ce qui est des étudiants admis en cycle master, les frais s’élèvent désormais à 75 000Fcfa tandis que pour le cycle doctorat, il faudra désormais débourser 100 000Fcfa.

Pour les étudiants réunis autour de l’union des mutuelles estudiantines du Gabon (Umeg), cela représente une augmentation de 400%. Aussi, ont-ils saisi la Cour constitutionnelle afin de protester contre cette décision.

La hausse des frais d’inscription à l’université a été invoquée par certains étudiants pour circonvenir les grèves et autres mouvements qui paralysent souvent le campus. «Lorsqu’un étudiant sait qu’il paie pour ses études une importante somme, il ne pourra pas organiser de grèves ou se livrer à des mouvements d’humeur qui perturbent les cours », indique un étudiant.

Au-delà, explique Ange Gaël Makaya Makaya, président de la Mutuelle des étudiants de l’université, la décision du gouvernement permettra de revaloriser le système universitaire gabonais.

«Nous sommes arrivés à l’idée que l’université Omar Bongo ne pourrait plus faire face à ses obligations organisationnelles si elle n’entre pas dans le processus de son autonomie financière », explique-t-il. Pour lui, l’université Omar Bongo gagnerait à générer des ressources propres d’autant plus que la situation économique du pays est difficile.

Un homme politique, cité par le site d’information gabonreview, pense que les étudiants ayant décidé de déposer un recours devant la Cour constitutionnelle, sont instrumentalisés. «Sinon, c’est le juge administratif qui serait saisi».

En attendant que la Cour se prononce sur leur cas, les étudiants continuent de battre le pavé sur le campus.  

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 22 novembre 2017
Economie
l’oif-et-la-bdeac-renforcent-leur-partenariat

L’OIF et la BDEAC renforcent leur partenariat

En marge du sommet de la COP 23, l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), ont procédé le 15 novembre 2017, à...
Le 22 novembre 2017
Formation
un-symposium-d’adaptation-aux-nouvelles-normes-comptables-ohada-révisées-s’ouvre-à-libreville-le-27-novembre-prochain

Un symposium d’adaptation aux nouvelles normes comptables OHADA révisées s’ouvre à Libreville le 27 novembre prochain

Du 27 novembre 2017 au 30 mars 2018, toutes les entités soumises aux dispositions de l’acte uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA), seront outillées...
Le 22 novembre 2017
Régulation
cemac-la-libre-circulation-prend-un-nouveau-plomb-dans-l’aile-avec-la-fermeture-de-la-frontière-cameroun-guinée-équatoriale-à-kyé-ossi

Cemac : la libre circulation prend un nouveau plomb dans l’aile, avec la fermeture de la frontière Cameroun-Guinée équatoriale à Kyé-Ossi

Les autorités équato-guinéennes ont décidé, depuis la semaine dernière, de fermer leur frontière avec le Cameroun, dans la localité de Kyé-Ossi, située dans la région du Sud du Cameroun, apprend-on...
Le 22 novembre 2017
Formation
entrepreneuriat-lancement-de-l’incubateur-d’hydrocarbures-de-port-gentil

Entrepreneuriat : lancement de l’incubateur d’hydrocarbures de Port-Gentil

Les jeunes intéressés par les métiers du pétrole et du gaz disposent désormais d’un espace dédié à leur formation et au montage de projets. Annoncé au mois de juillet par...