Les étudiants coûtent 900 milliards de Fcfa par an à l’Etat

Les étudiants coûtent 900 milliards de Fcfa par an à l’Etat

() - Depuis que le gouvernement a fait machine arrière sur l’augmentation des taux d’inscription dans les universités d’Etat et grandes écoles, après la suspension de l’arrêté du ministère de l’Enseignement supérieur par la Cour constitutionnelle, les étudiants y ont perçu une oreille attentive des autorités. Et pourtant !

En fait, affirme le gouvernement, «le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, a révisé pour permettre aux grandes écoles, tel que le fixe la loi, de pouvoir elles-mêmes fixer les nouveaux taux ; donc il n’y a pas eu une reculade du gouvernement sur le principe, il y a eu un réajustement qui tient compte de la demande qui a été formulée par les étudiants».

Pour le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, la qualité de l’enseignement supérieur a un coût, aussi faut-il permettre aux universités de se prendre en charge elles-mêmes et pouvoir assurer la construction des infrastructures d’accueil et l’acquisition d’équipements.

«On ne demande pas à l’étudiant de payer 10 millions, on demande aux étudiants d’ajuster», précise le porte-parole du gouvernement. «Cet ajustement doit se faire, non pas sur la base que ce sont les parents qui paient, mais sur la base de la bourse que l’Etat paie aux étudiants», indique Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Car, fait-il observer, «un étudiant coûte 20 millions de Fcfa à l’Etat par an». Ce qui représente, sur une population estudiantine de 45 000 apprenants, un effort budgétaire annuel de 900 milliards de Fcfa.

Une énorme somme que l’Etat n’entend plus supporter seul pour la formation des étudiants. Il est donc question «de pouvoir générer de la ressource pour répondre aux demandes et attentes des étudiants à la fois en termes de qualité des infrastructures, de l’offre de formation mais également de qualité générale de l’environnement dans lequel on évolue».

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 23 février 2018
Gouvernance
selon-koffi-ben-nassar-le-fmi-est-satisfait-des-efforts-entrepris-par-le-gabon-pour-l’apurement-de-la-dette-intérieure

Selon Koffi Ben Nassar, «  le FMI est satisfait des efforts entrepris par le Gabon pour l’apurement de la dette intérieure ».

En séjour au Gabon depuis quelques jours, une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par l’économiste senior du département Afrique, Koffi Ben Nassar, a été reçu ce 22 février,...
Le 23 février 2018
Services publics
retour-progressif-de-la-situation-à-la-normale-à-la-seeg

Retour progressif, de la situation à la normale à la SEEG

Le spectre d’incertitude qui planait sur la Société d’eau et d’énergie du Gabon depuis le début de la semaine, à la suite de la résiliation du Contrat qui liait l’Etat...
Le 23 février 2018
Santé
l’afrique-centrale-sera-bientôt-dotée-d’une-organisation-sous-régionale-de-la-santé

L’Afrique centrale sera bientôt dotée d’une Organisation sous-régionale de la santé

A la faveur d’une séance de travail ce 21 février 2018, la représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Gabon, le Dr Conombo Kafondo Ghislaine et le Secrétaire...
Le 22 février 2018
Régulation
le-centre-gabonais-des-élections-sera-mis-en-place-avant-les-législatives-annoncées-pour-le-28-avril-prochain

Le Centre gabonais des élections sera mis en place avant les législatives annoncées pour le 28 avril prochain  

Contenue dans les résolutions du Dialogue politique d’Angondjé tenu entre mars et mai 2017, la mise en place du Centre gabonais des élections (CGE) en remplacement de la Commission électorale...