Les étudiants coûtent 900 milliards de Fcfa par an à l’Etat

Les étudiants coûtent 900 milliards de Fcfa par an à l’Etat

() - Depuis que le gouvernement a fait machine arrière sur l’augmentation des taux d’inscription dans les universités d’Etat et grandes écoles, après la suspension de l’arrêté du ministère de l’Enseignement supérieur par la Cour constitutionnelle, les étudiants y ont perçu une oreille attentive des autorités. Et pourtant !

En fait, affirme le gouvernement, «le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, a révisé pour permettre aux grandes écoles, tel que le fixe la loi, de pouvoir elles-mêmes fixer les nouveaux taux ; donc il n’y a pas eu une reculade du gouvernement sur le principe, il y a eu un réajustement qui tient compte de la demande qui a été formulée par les étudiants».

Pour le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, la qualité de l’enseignement supérieur a un coût, aussi faut-il permettre aux universités de se prendre en charge elles-mêmes et pouvoir assurer la construction des infrastructures d’accueil et l’acquisition d’équipements.

«On ne demande pas à l’étudiant de payer 10 millions, on demande aux étudiants d’ajuster», précise le porte-parole du gouvernement. «Cet ajustement doit se faire, non pas sur la base que ce sont les parents qui paient, mais sur la base de la bourse que l’Etat paie aux étudiants», indique Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Car, fait-il observer, «un étudiant coûte 20 millions de Fcfa à l’Etat par an». Ce qui représente, sur une population estudiantine de 45 000 apprenants, un effort budgétaire annuel de 900 milliards de Fcfa.

Une énorme somme que l’Etat n’entend plus supporter seul pour la formation des étudiants. Il est donc question «de pouvoir générer de la ressource pour répondre aux demandes et attentes des étudiants à la fois en termes de qualité des infrastructures, de l’offre de formation mais également de qualité générale de l’environnement dans lequel on évolue».

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 11 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-engage-un-plaidoyer-auprès-du-fmi-pour-le-rapatriement-des-recettes-d’exportation

La Cemac engage un plaidoyer auprès du FMI pour le rapatriement des recettes d’exportation

Une délégation mandatée par le président en exercice de la Cemac, Idriss Déby Itno, conduite par le président de la Commission de la Cemac, Daniel Ona Ondo, et composée du...
Le 9 décembre 2018
Economie
bien-qu’en-recul-la-chine-conserve-le-maillot-jaune-des-partenaires-commerciaux-du-gabon

Bien qu’en recul, la Chine conserve le maillot jaune des partenaires commerciaux du Gabon

Malgré un recul de 8,8% des biens échangés, la Chine demeure le premier partenaire du Gabon sur les 9 premier mois 2018, avec une valeur des échanges globale estimée à...
Le 9 décembre 2018
Economie
chute-des-exportations-hors-pétrole-au-troisième-trimestre-2018

Chute des exportations hors-pétrole au troisième trimestre 2018

Le troisième trimestre de l’année en cours, n’aura pas été favorable pour le Gabon, en matière d’exportations hors-pétrole. En effet, selon la Direction générale de l’économie, pour la première fois depuis...
Le 8 décembre 2018
Gouvernance
après-quatre-années-d’exécution-la-banque-mondiale-évalue-le-ppic-du-gabon

Après quatre années d’exécution, la Banque mondiale évalue le PPIC du Gabon

Approuvé en mars 2014, et mis en œuvre en 2015, par le gouvernement gabonais, avec le soutien de la Banque mondiale, le Projet de promotion de l’investissement et de la...