Les étudiants coûtent 900 milliards de Fcfa par an à l’Etat

Les étudiants coûtent 900 milliards de Fcfa par an à l’Etat

() - Depuis que le gouvernement a fait machine arrière sur l’augmentation des taux d’inscription dans les universités d’Etat et grandes écoles, après la suspension de l’arrêté du ministère de l’Enseignement supérieur par la Cour constitutionnelle, les étudiants y ont perçu une oreille attentive des autorités. Et pourtant !

En fait, affirme le gouvernement, «le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, a révisé pour permettre aux grandes écoles, tel que le fixe la loi, de pouvoir elles-mêmes fixer les nouveaux taux ; donc il n’y a pas eu une reculade du gouvernement sur le principe, il y a eu un réajustement qui tient compte de la demande qui a été formulée par les étudiants».

Pour le porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie-By-Nze, la qualité de l’enseignement supérieur a un coût, aussi faut-il permettre aux universités de se prendre en charge elles-mêmes et pouvoir assurer la construction des infrastructures d’accueil et l’acquisition d’équipements.

«On ne demande pas à l’étudiant de payer 10 millions, on demande aux étudiants d’ajuster», précise le porte-parole du gouvernement. «Cet ajustement doit se faire, non pas sur la base que ce sont les parents qui paient, mais sur la base de la bourse que l’Etat paie aux étudiants», indique Alain-Claude Bilie-By-Nze.

Car, fait-il observer, «un étudiant coûte 20 millions de Fcfa à l’Etat par an». Ce qui représente, sur une population estudiantine de 45 000 apprenants, un effort budgétaire annuel de 900 milliards de Fcfa.

Une énorme somme que l’Etat n’entend plus supporter seul pour la formation des étudiants. Il est donc question «de pouvoir générer de la ressource pour répondre aux demandes et attentes des étudiants à la fois en termes de qualité des infrastructures, de l’offre de formation mais également de qualité générale de l’environnement dans lequel on évolue».

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 19 septembre 2018
Gouvernance
initiative-d’adaptation-pour-l’afrique--ali-bongo-milite-pour-la-relance-du-mémorandum-de-paris

Initiative d’adaptation pour l’Afrique : Ali Bongo milite pour la relance du mémorandum de Paris

Sous l’égide du gouvernement gabonais, au nom du Comité des chefs d'Etat et de gouvernement africains sur les changements climatiques (CAHOSCC) et du Programme des Nations Unies pour le Développement...
Le 19 septembre 2018
Social
selon-le-pnud-le-gabon-accède-à-la-catégorie-des-pays-à-développement-humain-élevé

Selon le PNUD, le Gabon accède à la catégorie des pays à développement humain élevé

Le dernier classement du Programme des Nations unies sur l’Indice de développement humain (IDH) vient d’être publié. Le Gabon conserve son rang continental (7ème), mais recule d’une place à la...
Le 18 septembre 2018
Social
l’ambassade-de-france-près-le-gabon-finance-un-groupement-d’acteurs-non-étatiques-à-hauteur-de-15-millions-fcfa

L’ambassade de France près le Gabon finance un groupement d’acteurs non étatiques à hauteur de 15 millions FCFA

Dans le cadre de son programme « Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs » (PISCCA), le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France près le Gabon,...
Le 18 septembre 2018
Formation
le-gabon-préconise-un-plan-quinquennal-de-1250-milliards-fcfa-pour-réformer-le-système-éducatif-national

Le Gabon préconise un plan quinquennal de 1250 milliards FCFA pour réformer le système éducatif national

Après sensiblement deux semaines de travaux axés autour des thématiques : éducation, formation et emploi, les experts commis pour la task-force sur l’éducation, annoncée par le chef de l’Etat, Ali Bongo,...