Afreximbank et la BAD tracent les perspectives 2019 avec le gouvernement

Afreximbank et la BAD tracent les perspectives 2019 avec le gouvernement

() - Robert Masumbuko, représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD) au Gabon, et René Awambeng, directeur mondial des relations clientèle de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), ont eu une séance de travail avec le ministre de l’Economie, Jean-Marie Ogandaga, le 31 janvier dernier à Libreville, à l’effet de baliser les perspectives d’intervention de ces deux institutions financières au Gabon, cette année.

Avec la BAD, le ministre de l’Economie a discuté des projets d’énergie hydroélectrique qu’elle soutient et dont la réalisation sera engagée en 2019.

« Ce sont des projets qui vont non seulement augmenter la capacité de production énergétique du Gabon, mais du fait de leur structure en partenariat public-privé, ne vont demander que très peu de concours de l’Etat, donc un très faible endettement », confie le représentant résident de la BAD à la presse locale.

En plus de l’énergie électrique, la BAD, dès cette année, va aussi s’engager dans le financement des travaux d’infrastructures, notamment les routes, et l’agriculture au Gabon.

« Nous avons deux autres missions qui sont sur le terrain. Des missions pour des projets de route et aussi des projets d’agriculture qui arrivent très prochainement », précise Robert Masumbuko.

S’agissant des projets énergétiques, le gouvernement indique qu’il est temps de passer avec l’institution panafricaine, de la phase de projet à celle de la réalisation.

« Les ambitions de développement du Gabon sont telles qu’il y a de plus en plus de besoins d’énergie. Les industriels qui s’implantent dans notre pays ont besoin d’énergie. Donc la réalisation du barrage électrique de Dibwangui-Ngoulmendjim est plus que vitale. Nous sommes là avec la BAD pour voir comment finaliser ce projet », souligne le ministre de l’Economie.

En sus de la confirmation des engagements pris avec l’Etat au sujet de la réalisation de nombre de projets, notamment le nouvel aéroport de Libreville en cours de construction à Andeme, près de la capitale, le groupe Afreximbank a annoncé au ministre de l’Economie son intérêt pour le financement de projets miniers, entre autres.

« Le soutien de la banque au Gabon dépasse les 600 millions de dollars. Nous sommes dans plusieurs secteurs de l’économie gabonaise. Nous travaillons par exemple avec la société GSEZ. On a d’autres dossiers miniers et nous travaillons avec l’Etat pour soutenir quelques projets budgétaires », a indiqué René Awambeng.

PcA

Facebook (copie)

Le 18 avril 2019
Agro
le-gabon-entend-s’appuyer-sur-le-maroc-pour-redynamiser-son-secteur-agricole

Le Gabon entend s’appuyer sur le Maroc pour redynamiser son secteur agricole

La 14ème édition du Salon international de l'agriculture de Meknès (SIAM) qui se tient actuellement au Maroc, devrait sans doute, charrier de nouvelles opportunités dans le secteur agricole entre la...
Le 17 avril 2019
Logistique
démarrage-imminent-des-activités-du-registre-international-gabonais-des-navires

Démarrage imminent des activités du Registre international gabonais des navires  

En prélude au lancement des activités du Registre international gabonais des navires, le ministre des Transports et de la Logistique, Justin Ndoundangoye (photo), a édifié les médias sur les contours...
Le 15 avril 2019
Banque
le-groupe-bgfibank-indique-un-total-de-bilan-de-3-137-milliards-fcfa-en-augmentation-de-5-en-2018

Le Groupe BGFIBank indique un total de Bilan de 3 137 milliards FCFA, en augmentation de 5% en 2018

Après examen de ses activités au cours de l’exercice clos le 31 décembre 2018, et l’arrêt des comptes dudit exercice, le Conseil d’administration de BGFI Holding Corporation, réuni le 10...
Le 15 avril 2019
Hydrocarbures
l’etat-circonscrit-le-champ-de-la-subvention-des-produits-pétroliers

L’Etat circonscrit le champ de la subvention des produits pétroliers

Selon Pascal Houangni Ambouroue (photo), ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, les marges de manœuvre de l’Etat en matière de subvention des produits pétroliers se sont amenuisées depuis...