MoneyGram Gabon plafonne les transferts d’argent internationaux

MoneyGram Gabon plafonne les transferts d’argent internationaux

() - S’agissant du plafonnement des transferts d’argent internationaux par les entreprises de transferts de fonds de la sous-région, certains experts invoquaient la raréfaction des devises dans le système bancaire et financier sous-régional.

Avec la décision du plafonnement des transferts d’argent du Gabon vers l’extérieur, l’on se rend compte que la situation semble bien plus préoccupante.

Car, selon Joël Damas, administrateur général de MoneyGram au Gabon, le pays réalise 90 % de ses mouvements de fonds vers l’extérieur. Du coup, il est classé dans la catégorie des « pays nets envoyeurs ».

Toutes choses qui ont conduit l’opérateur à fixer le plafonnement des envois de fonds à l’extérieur du Gabon entre 250 000 et 500 000 FCFA.

« Depuis le 21 janvier dernier, nos clients sont soumis à des plafonnements d'envoi, pour les opérations de transfert d'argent uniquement (…) Les mesures de plafonnement ont été prises, pour le cas de MoneyGram, par notre maison-mère, MoneyGram international », confie l’administrateur général dans les colonnes du quotidien progouvernemental.

La raison de ce plafonnement, indique-t-il, se trouve dans le mécanisme même des opérations de transferts de fonds.

« S'agissant des envois au niveau du Gabon pour l'étranger, le client paye à nos guichets en francs CFA, et MoneyGram international paye en devises. Pour les envois au départ de l'étranger, le client paye en devises et nous réglons ici en monnaie locale. Le lendemain, nous payons MoneyGram international pour compenser ce qu'ils ont payé à l'étranger », explique-t-il.

Le Gabon qui compte des milliers d’étudiants dans le monde, effectue plus de transferts de fonds vers l'extérieur, et ne reçoit presque rien en retour. A cause du manque de dynamisme de la diaspora gabonaise, des déficits apparaissent dans le compte réception, et le rétablissement de l’équilibre dans les flux financiers du pays devient difficile.

Une situation qui amène du coup la société et les autres opérateurs du pays, à solliciter « un besoin de rapatriement de ces devises », les banques locales n’étant pas à même d’acheter autant de devises sur le marché international.

Pour mémoire, en 2018, le Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale indiquait que « la zone CEMAC est structurellement déficitaire dans ses flux financiers avec l’extérieur ».

Entre 2013 et 2016, l’espace communautaire, de manière globale, avait réalisé 2 228,76 milliards FCFA d’envois alors que les réceptions se situaient à 1 171,92 milliards, soit un gap de 1 056,84 milliards.

PcA

Facebook (copie)

ECONOMIE: LES PLUS LUS

Le 24 mars 2019
Agro
selon-daniel-ona-ondo-les-importations-alimentaires-représentent-3000-milliards-de-fcfa-par-an-en-zone-cemac

Selon Daniel Ona Ondo, les importations alimentaires représentent 3000 milliards de Fcfa par an en zone Cemac

Le président de la Commission de la Cemac, Daniel Ona Ondo, a souligné l’insuffisance des investissements dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture, le...
Le 24 mars 2019
Agro
la-cebevirha-veut-mobiliser-130-milliards-de-fcfa-pour-couvrir-les-besoins-de-la-cemac-en-production-de-bétail-et-de-poisson

La Cebevirha veut mobiliser 130 milliards de Fcfa pour couvrir les besoins de la CEMAC en production de bétail et de poisson

La Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques (Cebevirha) a organisé une table ronde à Ndjamena à l’effet d’amener les bailleurs de fonds à injecter 130...
Le 22 mars 2019
Hydrocarbures
maurel--prom-affiche-un-résultat-net-consolidé-de-62-millions-de-dollars-en-2018

Maurel & Prom affiche un résultat net consolidé de 62 millions de dollars en 2018

Le conseil d’administration de la junior pétro-gazière française Maurel & Prom, réuni le 20 mars 2019 en France, a arrêté les comptes du groupe au 31 décembre 2018. S’agissant du chiffre...
Le 22 mars 2019
Logistique
la-construction-du-port-de-mayumba-prend-forme

La construction du port de Mayumba prend forme

Le partenariat public-privé qui lie l’Etat gabonais à travers l'Office des ports et rades du Gabon (Oprag), à la société forestière Sustainable forestry management Africa (SFM Africa), va permettre dans...