Le Gabon préconise un plan quinquennal de 1250 milliards FCFA pour réformer le système éducatif national

Le Gabon préconise un plan quinquennal de 1250 milliards FCFA pour réformer le système éducatif national

() - Après sensiblement deux semaines de travaux axés autour des thématiques : éducation, formation et emploi, les experts commis pour la task-force sur l’éducation, annoncée par le chef de l’Etat, Ali Bongo, lors de de son discours à la nation du 17 août 2018, viennent de rendre leur rapport.

La première lecture dudit rapport renvoie à deux principales leçons. La première est qu’il fait un diagnostic alarmant et sans complaisance du système éducatif gabonais, tandis que pour la seconde aux allures de thérapie, il s’inscrit dans la logique des grands remèdes pour lutter contre les grands maux. Ainsi, face à l’étendue de la pathologie, le rendu de la task-force sur l’éducation propose un plan quinquennal qui s’articule autour d’une réforme en profondeur du secteur de l’éducation nationale.

En effet, le présent plan quinquennal vise cinq objectifs. Il s’agit, entre autres : de la révision des curricula et des programmes de formation, accompagnée d’un système rigoureux de suivi des effectifs pour une meilleure maîtrise des flux ; le développement des filières professionnelles adaptées au marché de l’emploi et la mise en place d’un système de contrôle strict pour restreindre l’orientation dans les filières saturées ; la recherche des mécanismes d’optimisation de la formation dans l’enseignement technique et professionnel en partenariat avec le secteur privé pour garantir une meilleure employabilité, la revue des cadres législatifs et, enfin, de l’évaluation quantitative et qualitative des besoins en infrastructures, en équipements et en ressources humaines pour le renouveau du système éducatif.

Les autres axes de cette réforme concernent, entre autres, l’amélioration de la prise en charge des apprenants à travers les différents cycles d’études : construction de nouvelles salles de classe ; meilleure orientation des élèves dans les filières techniques et professionnelles, réhabilitation et sécurisation des établissements ; adéquation de l’offre formation avec les besoins du marché et orientations stratégiques du développement multisectoriel national ; une réforme du système d’attribution des bourses, etc.

Le plan quinquennal préconise également une sanctuarisation des financements et consacre 20% des dépenses publiques au budget de l’éducation nationale ; des partenariats intégrés impliquant l’Etat, les élèves et les parents, le corps professoral et le secteur privé et, enfin, une forte implication du secteur privé et des partenaires financiers et techniques.

D’autres mesures phares telles que la réforme du système d’attribution des bourses, avec notamment la réintroduction du principe d’une bourse universitaire octroyée selon des critères d’âge et de mérite et la mise en place d’une bourse professionnelle sont également proposées.

En ce qui concerne l’environnement pédagogique, il prévoit un lancement de nouvelles filières stratégiques, une amélioration des curricula et programmes, un renforcement des ressources humaines qualifiées et un recrutement des enseignants et des personnels administratifs.

Au niveau structurel, il sera question de : la mise en place d’un secrétariat scientifique d’orientation, la création d’un Conseil national de l’éducation, du regroupement des différents ministères en charge de l’éducation et de la formation au sein d’un seul et même ministère et une assurance qualité.

Quant au budget d’investissement dudit plan quinquennal, il est estimé à 1250 milliards FCFA avec des actions rapides qui pourront être mises en place dans 90 jours. Dans cette optique, un schéma de financement innovant sera mis en place avec le concours des organismes internationaux.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...