Le gouvernement gabonais a réussi à atténuer les pressions inflationnistes observées en début d’année 2017

Le gouvernement gabonais a réussi à atténuer les pressions inflationnistes observées en début d’année 2017

() - Dans le souci de rester en phase avec le critère de convergence communautaire, en matière d’inflation, la politique mise en œuvre par le gouvernement s’est avérée fructueuse. Car, elle a permis de maitriser les pressions inflationnistes observées en début d’année dernière.

Selon le Tableau de bord de l’économie gabonaise (TBE), au cours de cette période, en moyenne, le taux d’inflation s’est situé à +2,7% en 2017, contre +2,1% en 2016, bien en deçà de la norme communautaire qui est de 3%. En glissement annuel, la variation du niveau général des prix s’est établie à +1,1 % en décembre 2017 contre +4,1% en décembre 2016.

Selon la Direction générale de l’Economie, ces tendances inflationnistes découleraient de l’évolution des postes suivants : l’accélération des prix du poste logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles (+9,9% contre +1,4% en 2016), en raison des perturbations causées par la pénurie d’eau dans certaines villes (baisse de l’offre); l’augmentation des prix dans les transports, soutenue principalement par la mesure de libéralisation des prix à la pompe des produits pétroliers aux consommateurs entre 2016 et 2017 (en moyenne +7,7% à 605 FCFA le litre d’essence en 2017 et +9,4% à 540 FCFA pour le litre de gasoil), et à la baisse de l’offre de transport (problèmes financiers de la SOGATRA, etc.).

A ces facteurs s’ajoutent également : la forte hausse des prix de l’enseignement (+12,6% contre +3,9% en 2016), en lien avec l’augmentation des frais d’inscription dans les établissements primaires et secondaires du secteur public, ainsi que dans l’enseignement supérieur par rapport à la même période en 2016.

Les prix des produits alimentaires et boissons alcoolisées ont quant à eux reculé (-0,7%). Ce fléchissement est expliqué essentiellement par le maintien des mesures liées à la vie chère et au renforcement des activités de contrôle des prix, en dépit d’un relèvement des cours internationaux des produits de base.

Dans le même temps, les prix des légumes et tubercules ont également observé une baisse de 5,2% contre +0,4% en 2016, grâce à une augmentation de l’offre sur le marché, en lien avec la mise sur le marché des produits issus des exploitations du programme GRAINE.

En revanche, les prix des produits importés, lait, fromage et œuf, huiles et graisses, ont augmenté en moyenne annuelle, respectivement de 2,0% et 2,4%, suite à la hausse de prix internationaux de ces produits.

Quant à l’inflation sous-jacente, elle a continué de croître en 2017, passant de 2,0% en 2016, à 4,6% en 2017. Comparativement à ses principaux partenaires économiques, souligne-t-on à la DGEPF, le différentiel d’inflation a été défavorable au Gabon en 2017.

En effet, les écarts d’inflation se sont situés comme suit : +0,9% pour la Chine, +1,5% par rapport à la France et +0,6% par rapport aux Etats-Unis.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 janvier 2019
Gouvernance
julien-nkoghe-bekalé-prescrit-lefficacité-budgétaire-lexécution-des-projets-et-la-conduite-de-laction-collective-au-gouvernement

Julien Nkoghe Bekalé prescrit l'efficacité budgétaire, l'exécution des projets et la conduite de l'action collective au gouvernement

Comme il fallait s’y attendre, pour son tout premier conseil interministériel présidé ce 22 janvier 2019, le PM Julien Nkoghe Bekalé (photo) a décliné sa feuille de route au gouvernement. Outre...
Le 23 janvier 2019
Gouvernance
l’optimisation-de-la-gestion-des-investissements-publics-au-cœur-d’un-séminaire-interrégional-à-libreville

L’optimisation de la gestion des investissements publics au cœur d’un séminaire interrégional à Libreville

Les centres régionaux d’assistance technique du Fonds monétaire international pour l’Afrique centrale (Afritac centre) et de l’Ouest (Afritac Ouest), organisent conjointement un séminaire interrégional sur le thème « Optimiser la gestion...
Le 23 janvier 2019
Régulation
les-infrastructures-routières-constituent-la-priorité-du-nouveau-premier-ministre

Les infrastructures routières constituent la priorité du nouveau Premier ministre

Parce que la route joue un rôle très important dans le développement socio-économique d’un pays, Julien Nkoghe Bekale entend faire de celle-ci la priorité de son gouvernement. Aussi, a-t-il effectué une...
Le 23 janvier 2019
Economie
la-zone-de-nkok-veut-vendre-ses-produits-dans-le-marché-commun-cemac-ceeac

La zone de Nkok veut vendre ses produits dans le marché commun Cemac/CEEAC

Le président de la Commission de la Cemac, Daniel Ona Ondo, a organisé une séance de travail avec les opérateurs de la zone économique spéciale de Nkok sur les méthodes...