Le Gabon lance son capital-investissement avec près de 20 milliards FCFA

Le Gabon lance son capital-investissement avec près de 20 milliards FCFA

() - C’est une nouvelle qui va certainement mettre du baume au cœur des opérateurs économiques gabonais. Le capital-investissement du pays est désormais opérationnel. Ce nouvel outil au service des PME/PMI, baptisée « Okoumé capital », lancé le 13 mars dernier, et doté de près de 20 milliards FCfa, a pour but principal de contribuer au plan de relance économique, en apportant un souffle nouveau aux entreprises locales.

Placée sous la tutelle du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), cette structure est essentiellement consacrée au financement ainsi qu’au développement des PME et PMI, et des start-up disposant d’un fort potentiel de croissance à l’échelle nationale et internationale. 

Selon son directeur général, Edgard Mfouba (photo), sa particularité est qu’il se résume en une prise de participations, souvent minoritaire pour une période déterminée, dans des entreprises en quête de financement. C’est à travers cette approche participative et parfois d’accompagnement, qu’il répond aux besoins de croissance des entreprises. Car, les capitaux apportés permettent à celles-ci, d’investir et de conquérir de nouveaux marchés.

« Okoumé capital » se décline en quatre segments : le capital-risque, au moment de la création et pour le financement de son amorçage ; le capital-développement,  pour des entreprises en pleine croissance qui nécessitent la consolidation de leur structure pour développer de nouveaux produits ou services ; le capital-transmission, lors de l’acquisition ou de la transmission voire la cession d’entreprises et enfin, le capital-retournement pour restructurer les entreprises en difficulté. 

Par ailleurs, « Okoumé Capital » exerce son activité en conformité avec l’autorisation préalable du ministère de l’Economie. Les participations réalisées dans le cadre de ses opérations doivent obligatoirement faire l’objet d’une convention conclue avec la société bénéficiaire de l’investissement, fixant les droits et les obligations de chacun, tandis que les participations de la société de capital investissement opèrent sa sortie de la participation par la création prioritaire des parts aux actionnaires de la société.

Huit principales missions incombent à cette structure. Il s’agit entre autres : de développer un tissu d’entreprises créatrices de richesses, de contribuer fortement à l’essor économique du pays ; d’accroitre les compétences et savoir-des entreprises pour faciliter le transfert de technologies et l’attraction d’autres investisseurs, d’encourager et de soutenir les Gabonais dans la réalisation, le redéveloppent et l’expansion de leurs projets.

Il revient également à cet instrument de créer une classe dynamique d’entrepreneurs gabonais, de créer des emplois durables et enfin, de contribuer à l’édification d’un cadre des affaires de rang international. Quant à son processus, il consiste en une rigoureuse sélection des projets, dans une approche d’investissement prudent et un accompagnement continu pour une identification et une gestion des risques.

Toutefois, précise le DG, Edgard Mfouba, « les investissements de Okoumé Capital sont soumis à des critères bien définis. Si la cible principale reste les PME/PMI, et que tous les secteurs sont concernés hormis ceux prohibés par la loi, reste que le profil de l’investissement et celui du promoteur seront fortement de mise. A cela s’ajoutent l’évaluation de l‘impact sur l’économie, la taille de l’investissement et enfin le poids dans le portefeuille d’investissements».

Pour mieux implémenter la structure, Edgard Mfouba, entamera une série de rencontres avec le public issue des secteurs clés de l’économie. Celles-ci auront pour objectifs principaux de faire mieux connaitre l’institution, de décliner sa stratégie, d’expliquer le processus de soumission des candidatures et enfin, de présenter la méthode d’accompagnement de « Okoumé Capital ».

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 17 février 2019
Economie
pour-daniel-ona-ondo-on-ne-peut-plus-faire-léconomie-du-débat-sur-le-franc-cfa

Pour Daniel Ona Ondo, on ne peut plus faire l'économie du débat sur le franc CFA

Invité à prendre la parole le 14 février dernier en France, à la table ronde haut niveau organisée conjointement par la Banque de France, l’Agence française de développement et la...
Le 16 février 2019
Gouvernance
la-commission-cemac-et-le-ferdi-s’accordent-sur-des-questions-dintelligence-économique-et-de-politique-fiscale

La Commission CEMAC et le FERDI s’accordent sur des questions d'intelligence économique et de politique fiscale

La Commission de la CEMAC poursuit son déploiement international. Le 14 février 2019, au siège de la Banque de France, à la faveur d’une table ronde de haut niveau qui...
Le 15 février 2019
Gouvernance
une-propriété-ayant-accueilli-le-général-charles-de-gaulle-et-son-épouse-vendue-à-l’etat-gabonais

Une propriété ayant accueilli le général Charles de Gaulle et son épouse vendue à l’Etat gabonais

L’ambassadeur de France près le Gabon, Philippe Autié, a procédé le 13 février dernier, à la remise des clés de la « Villa Yvonne » à l’Etat gabonais, suite à sa vente...
Le 15 février 2019
Social
changements-climatiques-ali-bongo-a-mobilisé-deux-millions-de-dollars-durant-son-mandat-à-la-tête-du-cahoscc

Changements climatiques : Ali Bongo a mobilisé deux millions de dollars durant son mandat à la tête du CAHOSCC

Deux ans après avoir succédé au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi à la tête du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement africains sur les changements climatiques (CAHOSCC), le président...