La BAD octroie 41 milliards FCFA au Gabon, dans le cadre de la diversification de l’économie

La BAD octroie 41 milliards FCFA au Gabon, dans le cadre de la diversification de l’économie

() - La Banque africaine de développement vient une fois de plus, de témoigner de son soutien au processus de relance de l’économie gabonaise. En effet, l’institution financière panafricaine a octroyé un prêt de 62,75 millions d’Euros, soit environ 41 milliards 200 millions FCFA, à l’Etat gabonais pour financer le Projet d'appui à la diversification de l'économie gabonaise (PADEG).

La cérémonie de signature de cet accord a eu lieu le mercredi 8 Août 2018, au siège local de l’institution financière de Libreville, par le ministre de l’Economie, Jean-Marie Ogandaga, pour la partie gabonaise et Robert Masumbuko, le représentant-résident de la Banque africaine de développement (BAD).

Avec ce financement, le gouvernement gabonais envisage d’atteindre un certain nombre d’objectifs en termes de création de richesses. Il s’agit notamment du soutien par l’allocation d’assistance technique d’au moins 100 Petites et moyennes entreprises, de la création de 8 000 nouveaux emplois par les entreprises de la Zone économique spéciale de Nkok, l’équipement des centres de formation à la 2ème et 3ème transformation, le déploiement et l’opérationnalité de l’Office gabonais des recettes (OGR), de l’augmentation des recettes fiscales issues du secteur hors pétrole qui devraient passer de 922 milliards FCFA en 2017 à 165 milliards FCFA en 2022 ainsi que le taux de transformation du bois, censé passer de 4% en 2017 à 10% en 2022.

Le PADEG est un appui institutionnel sollicité par le gouvernement afin d’accélérer  le processus de diversification de l’économie ainsi que la stratégie de mobilisation des ressources internes conformément aux instructions du président de la République, Ali Bongo Ondimba.

Ce projet a pour objectif global de contribuer à une croissance forte et inclusive à travers l’amélioration du climat des investissements, le renforcement des capacités  des PME-PMI, du secteur de l’artisanat et la diversification de l’économie gabonaise dans les secteurs prioritaires. Le PADEG sera exécuté sur une période de quatre ans et vise également à consolider les acquis des interventions de la Banque notamment dans les secteurs  des investissements, du bois et des mines.

Il est à noter que la présente opération développe une complémentarité avec les interventions de plusieurs partenaires notamment la Banque mondiale, qui apporte également son appui à la promotion des investissements et de la compétitivité.

Stéphane Billé

 

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...