Club de Libreville : le directeur général de la dette explique

Club de Libreville : le directeur général de la dette explique

() - Ressuscité à la faveur de la décision du gouvernement de régler une partie de la dette due aux entreprises locales, le «Club de Libreville» permettra aux créanciers internes de l’Etat de bénéficier de remboursements immédiats et échelonnés sur la base de négociations et de concertations avec le gouvernement.

«Dans le cadre de ce programme avec les bailleurs, le Gouvernement s’est donné comme objectifs de restaurer la crédibilité interne et externe du pays à travers le règlement de la dette publique, mais aussi des actions fortes pour relancer l’économie nationale.», explique Hugues Mbadinga (photo), directeur général de la dette dans les colonnes du quotidien pro gouvernemental l’Union.

D’après lui, il est question à travers cette opération, de restaurer la crédibilité et la confiance de l’Etat et d’adresser un signal fort aux opérateurs économiques locaux sur les capacités du gouvernement à honorer ses engagements en dépit des difficultés qu’il traverse depuis quelques années.

«Les arriérés recensés dans le cadre du Club de Libreville sur la dette intérieure ont été estimés à hauteur de 400 milliards Fcfa, dont un montant de 310 milliards Fcfa sera pris en charge par l’opération.», précise le directeur général.

L’opération comprend deux phases dont la première permettra aux entreprises réunies au sein du Club de recevoir un premier paiement cash de 160 milliards Fcfa.

«Le reliquat, soit un montant de 150 milliards Fcfa, sera détenu au sein du Club sous forme de créances sur la durée de vie du Club. Pour cette deuxième tranche, chaque entreprise recevra un règlement à hauteur de sa participation au Club chaque fois que l’Etat procèdera au remboursement de l’échéance mensuelle arrêtée.», précise-t-il.

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 février 2018
Services publics
en-représailles-à-la-rupture-de-la-concession-détenue-au-gabon-veolia-pourrait-geler-ses-investissements-dans-15-pays-du-continent

En représailles à la rupture de la concession détenue au Gabon, Veolia pourrait geler ses investissements dans 15 pays du continent

Le directeur général du groupe français Veolia, Antoine Frérot, a annoncé le 21 février 2018, au cours d’un conseil d’administration du groupe, que l’entreprise va suspendre ses investissements étrangers sur...
Le 24 février 2018
Sécurité
le-gabon-peaufine-l’organisation-du-prochain-sommet-des-chefs-d’etat-du-copax

Le Gabon peaufine l’organisation du prochain Sommet des chefs d’Etat du COPAX

Instruit par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a eu une séance de travail relative à l’organisation du sommet du Conseil de paix...
Le 23 février 2018
Gouvernance
selon-koffi-ben-nassar-le-fmi-est-satisfait-des-efforts-entrepris-par-le-gabon-pour-l’apurement-de-la-dette-intérieure

Selon Koffi Ben Nassar, «  le FMI est satisfait des efforts entrepris par le Gabon pour l’apurement de la dette intérieure ».

En séjour au Gabon depuis quelques jours, une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par l’économiste senior du département Afrique, Koffi Ben Nassar, a été reçu ce 22 février,...
Le 23 février 2018
Services publics
retour-progressif-de-la-situation-à-la-normale-à-la-seeg

Retour progressif, de la situation à la normale à la SEEG

Le spectre d’incertitude qui planait sur la Société d’eau et d’énergie du Gabon depuis le début de la semaine, à la suite de la résiliation du Contrat qui liait l’Etat...