Le gouvernement déplore le nouveau mouvement de grève de l’intersyndicale des régies financières

Le gouvernement déplore le nouveau mouvement de grève de l’intersyndicale des régies financières

() - Alors que l’on croyait le dossier définitivement clos, l’intersyndicale des régies financières vient de lancer un nouveau mouvement de grève, sous prétexte que le gouvernement n’a pas respecté ses engagements.

Selon l’intersyndicale, il revenait au gouvernement de mettre en place, un Comité bipartite de suivi de la trêve sociale, entité censée discuter du mécanisme de gestion des primes, et de sortir un arrêté sur la Prime spécifique d’incitation à la performance (PSIP). Malheureusement, selon les syndicalistes ces dispositions n’ont pas été mises en œuvre.

En guise de réaction, le gouvernement s’est dit non seulement surpris de cette volte-face, alors que les deux parties ont signé un accord, mais aussi, indiqué que les motifs évoqués par les syndicalistes sont totalement faux. « Le gouvernement a bel et bien respecté le protocole de la trêve sociale que les syndicalistes sont en train de violer. Tout cela pour prétendre à une prime de performance qui ne se justifie aucunement dans la réalité. », a fait savoir le ministère du Budget et des Comptes publics.

Et de poursuivre : « Ledit comité a été bel et bien mis en place par un arrêté signé par les trois ministres concernés et cela dans le délai prévu. Il est en théorie en train de travailler puisque l’avant-projet de texte de l’arrêté sur la prime d’incitation à la performance a été communiqué à l’intersyndicale des régies financières. Toutefois, poursuit le gouvernement, les suggestions des syndicats sont encore attendues avant la présentation et la signature de l’arrêté. »

Les textes en vigueur stipulent que le gouvernement doit allouer 20% des ressources exceptionnelles à la PSIP. Or, la situation actuelle est que la totalité desdites ressources finance cette prime.

Le gouvernement précise par ailleurs qu’à la base, la PSIP n’est pas un droit, mais un mérite. Et dans le cas des régies financières, les critères de performance sur lesquels elle repose sont clairs : des recettes en hausse, un taux de recouvrement élevé, une meilleure qualité de service aux usagers… 

Autrement dit, le budget alloué à cette prime n’est donc pas fixe mais varie au gré de la performance de ses percepteurs. Face à cette attitude, le gouvernement s’interroge quant aux motivations réelles de l’intersyndicale, qui visiblement, serait en train « de faire baisser elle-même la prime qu’elle devrait toucher ».

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 19 juin 2018
Gouvernance
la-commission-de-la-cemac-tient-son-premier-collège-des-commissaires-à-malabo

La Commission de la Cemac tient son premier Collège des commissaires à Malabo

Le 15 juin dernier, le président de la Commission de la Cemac, le Pr Daniel Ona Ondo (photo), a présidé le tout premier Collège des commissaires, dans les locaux du...
Le 19 juin 2018
Education
l’incubateur-ogooué-labs-signe-un-protocole-de-financement-avec-l’ambassade-de-france

L’incubateur Ogooué Labs signe un protocole de financement avec l’ambassade de France

Lauréat du programme « Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs » (PISCCA) 2018, l’incubateur Ogooué Labs vient de signer un protocole de financement avec l’ambassade de France. Cette signature s’est déroulée...
Le 19 juin 2018
Régulation
la-28ème-flotte-d’escorte-de-la-marine-chinoise-accoste-à-libreville

La 28ème flotte d’escorte de la marine chinoise accoste à Libreville

De retour d’une mission au large des côtes de la Somalie et dans le golfe d’Aden, la 28ème flotte d’escorte de la marine chinoise a accosté à Libreville le 15...
Le 19 juin 2018
Justice
l’affaire-veolia-etat-du-gabon-s’ouvre-ce-20-juin-à-paris

L’affaire Veolia/Etat du Gabon s’ouvre ce 20 juin à Paris

Les auditions dans l’affaire opposant l’Etat gabonais à la multinationale française Veolia, au sujet de la rupture du contrat de concession attribué en 1997 à la société d’eau et d’électricité...