Le FMI fait le diagnostic des dépenses fiscales de la zone économique spéciale de Nkok

Gouvernance
mardi, 23 juillet 2019 10:32
Le FMI fait le diagnostic des dépenses fiscales de la zone économique spéciale de Nkok

(Le Nouveau Gabon) - Marcos Poplawski-Ribeiro, le représentant du Fonds monétaire international (FMI) au Gabon, a conduit, le 22 juillet dernier, une mission dans la zone économique à régime privilégié de Nkok. Accompagné d’un expert du Centre d’études et de recherches sur le développement international (Cerdi), le représentant du FMI avait pour objectif de connaître des politiques fiscales mises en œuvre au sein de la zone économique spéciale de Nkok et de faire un diagnostic des dépenses fiscales accordées aux entreprises présentes dans cet espace sous-douane.   

Les dépenses fiscales sont générées par la renonciation délibérée par l’État de certaines recettes fiscales en vue d’encourager l’investissement dans des secteurs. Il s’agit, selon la direction générale des douanes et droits indirects, d’exonérations ou des réductions de taux de TVA applicables à certains produits ; des abattements et des exonérations administratives à formalité préalable.

Selon les données de la Comptabilité nationale, sur la période 2016-2017, les dépenses fiscales accordées aux entreprises dans le pays se sont élevées à 156,59 milliards de FCFA. Mais, à l’épreuve des faits, les investissements escomptés du fait des gains fiscaux concédés aux entreprises tardent à être réalisés. Ce qui amène plusieurs observateurs notamment les partenaires techniques et financiers à douter de l’efficacité de cette démarche.

D’où la descente du représentant-résident du FMI au Gabon à Nkok. Une descente qui intervient au moment où le pays est plus que jamais engagé dans une stratégie d’élargissement de l’assiette fiscale et de rationalisation des dépenses.

PcA

 
Nos derniers articles

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] nouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.