Le fils d’un ancien Premier ministre gabonais dans le collimateur de la justice américaine

Le fils d’un ancien Premier ministre gabonais dans le collimateur de la justice américaine

() - Samuel Mebiame, le fils de Léon Mebiame, ancien Premier ministre du Gabon (1975-1990) traverse une mauvaisse passe. Neuf mois après son arrestation par des officiers fédéraux américains, il encoure une peine de cinq ans de prison pour des faits présumés de corruption au Niger, en Guinée et au Tchad, en échange de l’obtention de concessions minières, selon les réquisitions du procureur américain James Loonam, consultées par Bloomberg.

Après avoir plaidé coupable le 9 décembre dernier, il est depuis maintenu en détention sans droit à une mise en liberté sous caution, mais reste poursuivi par la justice américaine pour violation de la loi américaine contre la corruption d’agents publics à l’étranger. Le jugement en première instance doit être rendu ce vendredi 5 mai 2017.

De manière précise, Samuel Mebiame est accusé d’avoir régulièrement versé des pots-de-vin à des responsables publics au Niger, en Guinée et au Tchad afin d’obtenir des concessions minières pour Och-Ziff Capital Management, une co-entreprise liée à un fonds d’investissement spéculatif américain.

Selon le Financial Times, Samuel Mebiame agissait au nom d’Africa Management Limited (AML) — une société d’investissement dans les mines africaines créée en 2007. Spécialisé dans la gestion et la vente d’actifs, il a reconnu au mois de septembre avoir enfreint la législation américaine anticorruption, admettant notamment être à l’origine du versement de quelque 100 millions de dollars (environ 77 millions d’euros) de dessous de table sur le continent entre 2007 et 2011, via plusieurs intermédiaires dont il était déjà question, en septembre, dans deux comptes rendus publiée par la SEC (gendarme américain de la bourse) et la cour fédérale du district est de New York au terme de cinq ans d’enquête.

Dans les conclusions du procureur consultées par Bloomberg, Samuel Mebiame reconnait avoir perçu sept millions dollars pour ses services de «consultant » et « arrangeur». «Il n’a pas joué un rôle de tiers. Il a payé en direct des millions de dollars de pots-de-vins et a été personnellement rémunéré en millions de dollars pour ses activités criminelles », dit-il encore.

De son côté, Larry Krantz, l’avocat de Samuel Mebiame renvoie à un système de corruption de plus large échelle et plaide l’indulgence, demandant à ce que son client soit libéré au terme de la période qu’il a déjà passée en prison. Le fonds Och-Ziff a accepté de payer 413 millions de dollars d’amende et de pénalités, dont plus de 2,2 millions à titre personnel par son fondateur, Daniel Och.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 27 mai 2017
Sécurité
les-etats-membres-de-l’unsac-se-retrouvent-à-yaoundé-du-29-mai-au-02-juin-pour-leur-44e-réunion-ministérielle

Les Etats membres de l’UNSAC se retrouvent à Yaoundé du 29 mai au 02 juin pour leur 44e réunion ministérielle

Après Sao Tomé en 2016, la 44e réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargée des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC), aura lieu du 29 mai...
Le 26 mai 2017
Gouvernance
les-diplomates-africains-en-poste-au-gabon-en-appellent-à-la-protection-et-de-la-préservation-durable-de-la-nature

Les diplomates africains en poste au Gabon, en appellent à la protection et de la préservation durable de la nature

Dans le cadre de la célébration du 54e anniversaire de la Journée de l’Afrique, des diplomates africains en poste au Gabon ont mené, ce jeudi 2017, à Libreville, une action...
Le 26 mai 2017
Economie
entre-2015-et-2017-la-banque-mondiale-a-investi-500-millions-de-dollars-au-gabon

Entre 2015 et 2017, la Banque mondiale a investi 500 millions de dollars au Gabon

Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale en charge du Cameroun, Gabon, Guinée Equatoriale, Angola et Sao Tomé, en tournée à Libreville, a indiqué à la presse que...
Le 26 mai 2017
Santé
laviation-civile-gabonaise-dément-des-rumeurs-relatives-à-la-présence-d’ebola-à-l’aéroport-de-libreville

L'aviation civile gabonaise dément des rumeurs relatives à la présence d’Ebola à l’aéroport de Libreville

Suite à une information provenant de l’aéroport de Libreville, un passager en provenance de Kinshasa par vol Asky le vendredi 19 mai 2017, était suspecté d’être atteint d’Ebola. La direction...