Le Parlement gabonais se donne jusqu’au 29 décembre pour adopter les actes du dialogue politique

Le Parlement gabonais se donne jusqu’au 29 décembre pour adopter les actes du dialogue politique

() - Depuis la clôture, le 25 mai 2017, du dialogue politique organisé par le gouvernement à Libreville, la classe politique n’a de cesse de manifester son impatience quant à la mise en application des actes issus de la grand-messe qui a eu lieu à Angondje, nord de la capitale gabonaise pendant deux mois.

Après la désignation du gouvernement, l’une des décisions prises au cours de ce dialogue, reste désormais la traduction en textes de loi des résolutions issues de cette rencontre qui a vu la participation de tout le gotha politique, de la société civile et des observateurs internationaux.

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, n’a pas manqué, à l’ouverture de la session parlementaire du dernier trimestre de l’année en cours, de dire que la pression est sur les épaules des députés qui ont vu leur mandat prolongé afin de parachever les travaux entamés.

Car, il est question de permettre au Gabon de disposer de textes et de lois qui réunissent les convictions politiques et les aspirations économiques et sociales de la majorité de la population et qui offrent plus de crédibilité et de transparence au processus démocratique.  

Dans son discours à la chambre basse du Parlement, le président de l’Assemblée nationale souhaite que la prochaine élection législative se déroule dans la sérénité, et soit exempte de troubles. Elle devrait aussi réaffirmer, souligne-t-il, «le suffrage universel, comme mode privilégié de légitimation politique au Gabon».

Le dialogue avait accouché de plusieurs résolutions devant être traduites en lois. Pour parvenir à une adoption avant la fin de la session en cours, les députés ont exprimé le vœu de recevoir les projets de lois dans un délai raisonnable, afin de les examiner avant leur adoption éventuelle.

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 22 novembre 2017
Economie
l’oif-et-la-bdeac-renforcent-leur-partenariat

L’OIF et la BDEAC renforcent leur partenariat

En marge du sommet de la COP 23, l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) et la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), ont procédé le 15 novembre 2017, à...
Le 22 novembre 2017
Formation
un-symposium-d’adaptation-aux-nouvelles-normes-comptables-ohada-révisées-s’ouvre-à-libreville-le-27-novembre-prochain

Un symposium d’adaptation aux nouvelles normes comptables OHADA révisées s’ouvre à Libreville le 27 novembre prochain

Du 27 novembre 2017 au 30 mars 2018, toutes les entités soumises aux dispositions de l’acte uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA), seront outillées...
Le 22 novembre 2017
Régulation
cemac-la-libre-circulation-prend-un-nouveau-plomb-dans-l’aile-avec-la-fermeture-de-la-frontière-cameroun-guinée-équatoriale-à-kyé-ossi

Cemac : la libre circulation prend un nouveau plomb dans l’aile, avec la fermeture de la frontière Cameroun-Guinée équatoriale à Kyé-Ossi

Les autorités équato-guinéennes ont décidé, depuis la semaine dernière, de fermer leur frontière avec le Cameroun, dans la localité de Kyé-Ossi, située dans la région du Sud du Cameroun, apprend-on...
Le 22 novembre 2017
Formation
entrepreneuriat-lancement-de-l’incubateur-d’hydrocarbures-de-port-gentil

Entrepreneuriat : lancement de l’incubateur d’hydrocarbures de Port-Gentil

Les jeunes intéressés par les métiers du pétrole et du gaz disposent désormais d’un espace dédié à leur formation et au montage de projets. Annoncé au mois de juillet par...