Le Parlement gabonais se donne jusqu’au 29 décembre pour adopter les actes du dialogue politique

Le Parlement gabonais se donne jusqu’au 29 décembre pour adopter les actes du dialogue politique

() - Depuis la clôture, le 25 mai 2017, du dialogue politique organisé par le gouvernement à Libreville, la classe politique n’a de cesse de manifester son impatience quant à la mise en application des actes issus de la grand-messe qui a eu lieu à Angondje, nord de la capitale gabonaise pendant deux mois.

Après la désignation du gouvernement, l’une des décisions prises au cours de ce dialogue, reste désormais la traduction en textes de loi des résolutions issues de cette rencontre qui a vu la participation de tout le gotha politique, de la société civile et des observateurs internationaux.

Le président de l’Assemblée nationale, Richard Auguste Onouviet, n’a pas manqué, à l’ouverture de la session parlementaire du dernier trimestre de l’année en cours, de dire que la pression est sur les épaules des députés qui ont vu leur mandat prolongé afin de parachever les travaux entamés.

Car, il est question de permettre au Gabon de disposer de textes et de lois qui réunissent les convictions politiques et les aspirations économiques et sociales de la majorité de la population et qui offrent plus de crédibilité et de transparence au processus démocratique.  

Dans son discours à la chambre basse du Parlement, le président de l’Assemblée nationale souhaite que la prochaine élection législative se déroule dans la sérénité, et soit exempte de troubles. Elle devrait aussi réaffirmer, souligne-t-il, «le suffrage universel, comme mode privilégié de légitimation politique au Gabon».

Le dialogue avait accouché de plusieurs résolutions devant être traduites en lois. Pour parvenir à une adoption avant la fin de la session en cours, les députés ont exprimé le vœu de recevoir les projets de lois dans un délai raisonnable, afin de les examiner avant leur adoption éventuelle.

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 25 septembre 2017
Gouvernance
l’activité-économique-gabonaise-progresserait-dans-l’ensemble-des-secteurs-en-2017-et-2018

L’activité économique gabonaise progresserait dans l’ensemble des secteurs, en 2017 et 2018

A travers une analyse récente de l’évolution des ressources du PIB prévisionnel en 2017 et 2018, la Direction générale de l’économie fait des prévisions plutôt optimistes de l’économie gabonaise en...
Le 25 septembre 2017
Economie
après-six-semaines-de-grève-les-régies-financières-exigent-18-milliards-de-fcfa-pour-la-reprise-du-travail

Après six semaines de grève, les régies financières exigent 18 milliards de Fcfa pour la reprise du travail

La fédération des régies financières et des administrations assimilées (Fesyrefaa), qui regroupe les administrations des Impôts, de la douane, du Trésor et des hydrocarbures, réunie en assemblée générale, le 22...
Le 25 septembre 2017
Régulation
le-gouvernement-veut-diversifier-les-opérateurs-dans-la-gestion-de-l’eau

Le gouvernement veut diversifier les opérateurs dans la gestion de l’eau

La conférence internationale Water 2017 organisée en Israël, il y a une semaine, a donné l’occasion au gouvernement de prospecter de nouveaux partenaires dans le domaine du traitement et de...
Le 25 septembre 2017
Santé
lair-gabonais-est-le-moins-pollué-de-la-zone-cemac

L'air gabonais est le moins pollué de la zone Cemac

Le Cameroun pointe au 39ème rang au classement des 54 pays africains selon la qualité de l’air, publié par la revue Science et Avenir, qui s’est basée sur une récente...