Cemac : l’heure de l’envol ?

Cemac : l’heure de l’envol ?

() - Au moment où les chefs d’Etat et de gouvernement de l’espace communautaire sont en conclave dans la capitale tchadienne, les grands dossiers de la sous-région restent sans grandes solutions.

L’opinion publique s’offusquait entretemps, de l’embonpoint du budget de la Commission de la Cemac dans un contexte de crise. Mais, pour les dirigeants de l’époque, il était question de tirer la sonnette d’alarme sur les retards de cotisation enregistrés depuis des années et qui culminent à 200 milliards de FCfa. Difficile de l’imaginer au regard de la période d’accumulation de ces arriérés qui va de 2009 à nos jours, alors que certains Etats insolvables, ont connu le boom pétrolier qui a généré d’importants revenus.

Le financement des activités et du fonctionnement de la Commission, doit être le premier dossier sur lequel les chefs d’Etat trouveront une solution pérenne et stable. Ce pourrait être l’entrée en vigueur et le reversement effectif de la taxe communautaire dans tous les Etats.

La collecte d’impôts permettra à la Commission de mener à bien certains chantiers communautaires à l’arrêt, du fait des pesanteurs dans les Etats. Cela devrait commencer par l’intégration dans les lois de finance des différents pays de la Cemac, de cette taxe dont les estimations sont pondérées à des dizaines de milliards de FCfa. Ce qui serait l’un des instruments qui signera l’envol du vivre-ensemble communautaire.

Ainsi, au-delà de la régularisation de ces arriérés de cotisation, le dossier de l’intégration  sous-régionale, dont les derniers pays souvent pointés du doigt comme étant des freins à cette dynamique, ont lâché du lest il y a peu, doit connaître des avancées concrètes.

Il est question pour les Etats, d’éliminer de manière concrète les dernières barrières qui freinent et réduisent les échanges entre Etats. Car, à l’heure de la mise en œuvre de la zone de libre-échange communautaire, les soubresauts des egos surdimensionnés seraient mal perçus par des investisseurs soucieux de mailler le territoire de la Cemac et d’étendre leurs activités au-delà.

L’on devrait davantage veiller aussi à la surveillance multilatérale, question d’éviter de violer les critères de convergence. Actuellement, plusieurs Etats notamment le Cameroun et le Gabon, dans le cadre du ratio masse salariale/recettes fiscales, sont en dépassement du seuil communautaire autorisé.

S’agissant de la dette publique, des efforts d’ajustement doivent également être faits pour éviter les scénarii d’il y a 30 ans. 

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 21 novembre 2017
Economie
entrepreneuriat-les-axes-de-la-relance-des-pme

Entrepreneuriat : les axes de la relance des PME

A l’issue de la célébration de la semaine nationale de l’entrepreneuriat qui s’est étendue dans les capitales provinciales cette année, le ministre des PME, Biendi Maganga Moussavou (photo), a présenté...
Le 21 novembre 2017
Economie
importations-de-ciment-le-gouvernement-apporte-des-précisions

Importations de ciment : Le gouvernement apporte des précisions

Dans la dernière note de conjoncture du ministère de l’Economie sur le comportement de l’économie nationale sur les six premiers mois de l’exercice en cours, il ressort que la production...
Le 21 novembre 2017
Formation
olam-gabon-livre-la-première-cuvée-des-lauréats-de-ses-programmes-de-formation

Olam Gabon livre la première cuvée des lauréats de ses programmes de formation

Dans le cadre de ses programmes de formation, le groupe Olam Gabon vient de livrer sa première cuvée de lauréats de ses programmes ‘’Management Talent’’ et ‘’Cadetship’’ pour le monde...
Le 20 novembre 2017
Economie
la-douane-opère-une-saisie-de-marchandises-de-103-milliard

La Douane opère une saisie de marchandises de 1,03 milliard

La vaste opération coup de poing lancée par le directeur de cabinet du président de la République afin d’améliorer les recettes douanières et lutter contre la fraude aux frontières, commence...