Le gouvernement lance une alerte sur la consommation de certains jambons et huîtres importés de France

Le gouvernement lance une alerte sur la consommation de certains jambons et huîtres importés de France

() - Après le scandale des laits infantiles contaminés par des salmonelles, survenu au mois de décembre 2017, le gouvernement est de nouveau appelé à agir, face à un autre scandale lié à la consommation des produits importés de France.

A cet effet, à travers un communiqué conjoint des ministères de la Santé, de l’Economie et de l’Agriculture, signé ce 11 mars 2018, le gouvernement informe les populations de l’existence d’une infection alimentaire collective survenue en France, liée à la consommation de certains jambons et huîtres réfrigérés. 

Ces produits, poursuit ledit communiqué, ont été importés au Gabon et livrés dans certaines grandes surfaces à Libreville et Port-Gentil. Il s’agit des lots numéro 3560070787104 80G 2TR Jambon supérieur Do Grand jury, de celui correspondant au numéro 3560070787135 160G 4T Jambon supérieur Grand jury, des huîtres normande 4X 24 et enfin des huîtres normande 3X 24

Pour rappel, l’affaire éclate au mois de février 2018 en France, lorsque des lots de jambons en tranches sont rappelés des magasins Carrefour, Casino, Auchan, et Monoprix pour une contamination à la listéria dans l’usine de Goussainville, dans le Val-d’Oise.

En effet, selon les spécialistes, cette bactérie peut aboutir à la listériose, une maladie qui provoque une septicémie et potentiellement une infection des méninges et du cerveau.

La maladie peut même se déclencher jusqu’à deux mois après la contamination. Une telle contamination peut également avoir des conséquences dramatiques pour les femmes enceintes, occasionnant un avortement soudain ou une naissance prématurée alors même que la future mère ne ressentira que des symptômes grippaux.

Le gouvernement tient donc à assurer les populations de ce que des dispositions urgentes ont déjà été prises. Il s’agit d’un rappel et d’une saisie des lots incriminés et suspects ; du renforcement de la surveillance des produits de charcuterie, de la pêche et de l’aquaculture importés, et enfin de la mise en place d’une veille sanitaire dans les établissements de soins.

Par ailleurs, précise ledit communiqué, à ce jour, aucun cas de maladie n’a été signalé en relation avec la consommation des produits concernés. En conséquence, le gouvernement invite les consommateurs détenant lesdits produits à bien vouloir les retourner auprès des vendeurs.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...