L’Onusida et l’OMS déconseillent l’utilisation d’un médicament douteux contre le VIH

L’Onusida et l’OMS déconseillent l’utilisation d’un médicament douteux contre le VIH

() - Le marché des médicaments de lutte contre le VIH est inondé depuis quelque temps, dans certains pays, par un nouveau médicament. Immunorex, encore appelé DM 28, est commercialisé par certains laboratoires qui le présentent comme un traitement curatif contre cette infection. Une pratique à laquelle s’opposent l’Onusida et l’OMS, dont les bureaux de Libreville ont produit un communiqué conjoint.

«L’Immunorex (connu aussi sous le nom DM 28) n'est pas un médicament recommandé par l’OMS pour le traitement de l’infection à VIH. Il n'existe actuellement aucun vaccin ou traitement curable du VIH.», signale le communiqué.

L'Onusida, poursuivent les responsables des deux organismes onusiens, « est fortement opposée à la commercialisation et à la promotion de produits qui n'ont pas été soumis à un essai clinique et dont l’efficacité n’a pas été prouvée par l'OMS».

Car, souligne l’Onusida, la préqualification des médicaments est un service fourni par l’OMS pour évaluer la qualité, l’innocuité et l’efficacité des produits médicaux. «Ce service est largement utilisé par les pays et les organisations de référence pour l'achat de médicaments efficaces», précise le communiqué.

Aussi, se réserve-t-elle le droit, après avoir constaté que les producteurs de ce médicament ont utilisé de manière inappropriée et sans autorisation son logo, lors du lancement du produit en RDC en 2016, «de prendre des mesures juridiques appropriées».

«L'ONUSIDA travaille en étroite collaboration avec l'OMS, principal organisme mondial fournissant des orientations aux pays sur l'utilisation de médicaments pour la plupart des maladies d'importance pour la santé publique. Cependant, chaque pays est responsable de la réglementation des produits de santé commercialisés sur son territoire.», conclut l’organisme.

Auxence Mengue

 

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 février 2018
Services publics
en-représailles-à-la-rupture-de-la-concession-détenue-au-gabon-veolia-pourrait-geler-ses-investissements-dans-15-pays-du-continent

En représailles à la rupture de la concession détenue au Gabon, Veolia pourrait geler ses investissements dans 15 pays du continent

Le directeur général du groupe français Veolia, Antoine Frérot, a annoncé le 21 février 2018, au cours d’un conseil d’administration du groupe, que l’entreprise va suspendre ses investissements étrangers sur...
Le 24 février 2018
Sécurité
le-gabon-peaufine-l’organisation-du-prochain-sommet-des-chefs-d’etat-du-copax

Le Gabon peaufine l’organisation du prochain Sommet des chefs d’Etat du COPAX

Instruit par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a eu une séance de travail relative à l’organisation du sommet du Conseil de paix...
Le 23 février 2018
Gouvernance
selon-koffi-ben-nassar-le-fmi-est-satisfait-des-efforts-entrepris-par-le-gabon-pour-l’apurement-de-la-dette-intérieure

Selon Koffi Ben Nassar, «  le FMI est satisfait des efforts entrepris par le Gabon pour l’apurement de la dette intérieure ».

En séjour au Gabon depuis quelques jours, une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par l’économiste senior du département Afrique, Koffi Ben Nassar, a été reçu ce 22 février,...
Le 23 février 2018
Services publics
retour-progressif-de-la-situation-à-la-normale-à-la-seeg

Retour progressif, de la situation à la normale à la SEEG

Le spectre d’incertitude qui planait sur la Société d’eau et d’énergie du Gabon depuis le début de la semaine, à la suite de la résiliation du Contrat qui liait l’Etat...