L’Onusida et l’OMS déconseillent l’utilisation d’un médicament douteux contre le VIH

L’Onusida et l’OMS déconseillent l’utilisation d’un médicament douteux contre le VIH

() - Le marché des médicaments de lutte contre le VIH est inondé depuis quelque temps, dans certains pays, par un nouveau médicament. Immunorex, encore appelé DM 28, est commercialisé par certains laboratoires qui le présentent comme un traitement curatif contre cette infection. Une pratique à laquelle s’opposent l’Onusida et l’OMS, dont les bureaux de Libreville ont produit un communiqué conjoint.

«L’Immunorex (connu aussi sous le nom DM 28) n'est pas un médicament recommandé par l’OMS pour le traitement de l’infection à VIH. Il n'existe actuellement aucun vaccin ou traitement curable du VIH.», signale le communiqué.

L'Onusida, poursuivent les responsables des deux organismes onusiens, « est fortement opposée à la commercialisation et à la promotion de produits qui n'ont pas été soumis à un essai clinique et dont l’efficacité n’a pas été prouvée par l'OMS».

Car, souligne l’Onusida, la préqualification des médicaments est un service fourni par l’OMS pour évaluer la qualité, l’innocuité et l’efficacité des produits médicaux. «Ce service est largement utilisé par les pays et les organisations de référence pour l'achat de médicaments efficaces», précise le communiqué.

Aussi, se réserve-t-elle le droit, après avoir constaté que les producteurs de ce médicament ont utilisé de manière inappropriée et sans autorisation son logo, lors du lancement du produit en RDC en 2016, «de prendre des mesures juridiques appropriées».

«L'ONUSIDA travaille en étroite collaboration avec l'OMS, principal organisme mondial fournissant des orientations aux pays sur l'utilisation de médicaments pour la plupart des maladies d'importance pour la santé publique. Cependant, chaque pays est responsable de la réglementation des produits de santé commercialisés sur son territoire.», conclut l’organisme.

Auxence Mengue

 

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 13 décembre 2017
Social
sécurité-alimentaire-le-conseil-gabonais-des-chargeurs-et-l’agence-pour-la-sécurité-alimentaire-signent-une-convention-de-partenariat

Sécurité alimentaire : le conseil gabonais des chargeurs et l’Agence pour la sécurité alimentaire signent une convention de partenariat

La convention signée entre Liliane Nadège Ngari, directrice générale du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), et Sylvain Patrick Enkoro, directeur général de l’Agence gabonaise pour la sécurité alimentaire (Agasa), vise...
Le 13 décembre 2017
Gouvernance
le-gabon-offre-500-000-dollars-pour-l’initiative-africaine-sur-le-climat

Le Gabon offre 500 000 dollars pour l’Initiative africaine sur le climat

La tenue à Paris du One Planet Summit le 12 décembre, a donné l’occasion au président du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSCC),...
Le 12 décembre 2017
Gouvernance
régis-immongault-propose-linnovation-comme-moyen-d’adaptation-au-réchauffement-climatique

Régis Immongault propose l'innovation comme moyen d’adaptation au réchauffement climatique

La position du Gabon dans le cadre du financement de la lutte contre le changement climatique, a une fois de plus été défendue, ce lundi 11 décembre 2017, à Bercy,...
Le 12 décembre 2017
Régulation
sommet-sur-le-climat-de-paris-ali-bongo-va-plaider-le-respect-des-engagements-financiers-des-etats-pollueurs

Sommet sur le climat de Paris : Ali Bongo va plaider le respect des engagements financiers des Etats pollueurs

C’est en qualité de président du Comité des chefs d'Etat et de gouvernement africains sur le changement climatique (CAHOSC), qu’Ali Bongo Ondimba (photo), prend la parole ce jour à Paris...