La CEEAC et la CEDEAO en ordre de bataille contre le terrorisme

La CEEAC et la CEDEAO en ordre de bataille contre le terrorisme

() - Le sommet sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent dans les deux espaces communautaires en Afrique centrale et de l’Ouest, a donné naissance à la création d’un sommet conjoint entre les deux zones.

Celui-ci se tiendra de manière alternée, tous les deux ans. Car, affirme le président de la République du Togo, Faure Gnassingbe, la proximité géographique et socio-économique de ces deux régions d'Afrique, permet d’avoir des relations plus qu’étroites et d’envisager des combats communs avec plus de sérénité.

C’est pourquoi, pense-t-il, « la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent, traduisent parfaitement l'urgence de mettre en œuvre une stratégie d'action commune ».

Une position partagée par le président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo Ondimba, qui a indiqué que les menaces transversales commandent d'agir ensemble. Pour ce faire, Ali Bongo souhaite que la réflexion entre la CEDEAO et la CEEAC aille plus loin, car, « en plus des questions sécuritaires, nous devons aussi examiner la gestion concertée des flux migratoires qui menacent notre développement ».

Pendant ce sommet qui a vu la participation de 26 chefs d’Etat et de gouvernement, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a souligné le rôle qu’entend jouer l’institution pour le rapprochement des peuples d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Les efforts de l'Union africaine, d’après lui, doivent aider à une meilleure synergie inter-régionale, mobiliser un appui substantiel, promouvoir une meilleure circulation entre la CEDEAO et la CEEAC et, enfin, à mener un plaidoyer plus soutenu pour avoir davantage de financements. Car, souligne-t-il, « le terrorisme, les rébellions armées et les trafics en tout genre sont une source de profondes préoccupations ». Ceux-ci trouvent leur terreau dans les facteurs du changement climatique, l'absence d'opportunités pour la jeunesse et les défis liés à la gouvernance.

Le Tchad accueillera la prochaine rencontre entre les deux communautés en 2020.

PcA

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...