Ali Bongo dénonce la violence des acteurs politiques

Ali Bongo dénonce la violence des acteurs politiques

() - Le président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba, à l’occasion de la cérémonie des vœux aux corps diplomatique, institutions constitutionnelles, patronat ainsi qu’aux confessions religieuses, n’est pas allé de main morte pour fustiger l’appel à la violence de certains hommes politiques.

«Il n’y a aucun futur dans la confrontation et la violence », avertit le chef de l’Etat qui en a profité pour rappeler que le vivre-ensemble auquel aspirent les Gabonais, présuppose la prise en compte des règles et normes démocratiques. D’autant plus que pour Ali Bongo Ondimba, «l’élection présidentielle du 27 août est résolument derrière nous» ; du coup, «il est temps que les esprits s’apaisent».

Un apaisement indispensable pour le chef de l’Etat, afin de consolider plusieurs aspects comme le lien social, «durement attaqué par la rancune, l’invective, la haine et la calomnie ces dernières années». Malgré ce flot qui consacre «la haine viscérale du droit» de certains acteurs politiques, et que le président de la République qualifie d’ode à la violence, il rassure les Gabonais sur la mise à l’écart de toute idée de chasse aux sorcières.

«Chacun est libre d’exprimer ses opinions sans préjudice de ses droits. Il n’y aura pas de chasse aux sorcières», promet-il. Car, la démocratie qui est un exercice de tous les jours, doit se raffermir en étant en phase avec les réalités, l’environnement, la sociologie et les valeurs traditionnelles profondes du pays.

Selon le chef de l’Etat, cela passe par l’amélioration du système électoral gabonais qui, en l’état actuel, «comporte trop de risques de divisions et d’affrontements, et dont il nous faut absolument sortir». Aussi faudra-il lever tous les «points d’inertie et surmonter les points de droit» de certaines institutions héritées de la Conférence nationale et des Accords de Paris et d’Arambo.

Elles méritent aujourd’hui des évolutions et des adaptations aux nouvelles réalités du Gabon. Tout comme les mentalités devraient s’adapter à l’actualité de la Coupe d’Afrique des nations de football qui se tient du 14 janvier au 5 février prochain, en apportant «tout leur soutien aux Panthères du Gabon».

Auxence Mengue

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 juin 2017
Gouvernance
le-gabon-et-la-serbie-s’engagent-à-densifier-leur-coopération

Le Gabon et la Serbie s’engagent à densifier leur coopération

Le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet, a représenté le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba à la cérémonie d’investiture du nouveau président de Serbie, Aleksandar Vučić, 23 juin 2017 à...
Le 24 juin 2017
Sécurité
le-journal-français-midi-libre-honoré-pour-avoir-publié-une-image-d’ali-bongo-en-classe-de-ce2-à-alès

Le journal français « Midi libre » honoré pour avoir publié une image d’Ali Bongo en classe de CE2 à Alès

Selon le club de la presse Occitanie, l’image d’Ali Bongo posant en classe de CE2 à Alès, diffusée par ‘’Midi Libre’’, et qui s’ajoute à d’autres déjà publiées dans le...
Le 24 juin 2017
Gouvernance
le-gabon-acteur-précoce-dans-la-lutte-contre-le-dérèglement-climatique

Le Gabon, acteur précoce dans la lutte contre le dérèglement climatique

Pour concilier son développement économique futur et préserver son couvert forestier qui est estimé à 23 millions d’hectares (ha), soit environ 88% de son territoire, le Gabon s’est fortement engagé...
Le 23 juin 2017
Régulation
jean-marie-ogandaga-ministre-de-la-fonction-publique-nous-n’avons-pas-le-choix-il-faut-nettoyer

Jean-Marie Ogandaga, ministre de la Fonction publique : « Nous n’avons pas le choix, il faut nettoyer »

Masse salariale, départs volontaires à la retraite, programme de réinsertion des retraités, main-d’œuvre non permanente, gestion du fichier solde et avancement des fonctionnaires et agents publics, le ministre de la...