Crise en Centrafrique : la CEEAC adopte une feuille de route pour le retour de la paix

Crise en Centrafrique : la CEEAC adopte une feuille de route pour le retour de la paix

() - Réunis à Libreville le week-end dernier, les ministres des Affaires étrangères des pays de la CEEAC ont déploré la dégradation de la situation sécuritaire en République centrafricaine depuis des années, ceci malgré la tenue d’élections en 2016 qui ont porté au pouvoir Faustin Archange Touadera.

En fait, d’après la CEEAC, divers aspects font le lit de cette crise. L’on peut entre autres citer ;  le manque de consensus sur la formation du gouvernement, les questions ethniques, la mauvaise gestion de la transhumance, l’absence d’un mécanisme national de protection des minorités, notamment les éleveurs peuls, le développement inégal entre le Sud et le Nord, et l’insécurité.

Sur les 16 préfectures que compte par exemple le pays, 14 sont occupées par les forces rebelles. Ce qui a pour effet de renforcer le climat d’insécurité.

Les ministres de la CEEAC ont examiné et fait des propositions sur la situation politique, humanitaire et sécuritaire dans le pays afin de l’aider à sortir de cette crise qui dure depuis 2013. S’ils notent une évolution positive sur le plan politique, reste cependant des préoccupations dans le domaine de la restauration de l'autorité de l'Etat sur l’ensemble du territoire. La recrudescence des affrontements entre les groupes armés et les attaques contre les populations civiles et les forces internationales constituent les principales préoccupations sécuritaires soulevées par les ministres et les experts de l’organisation sous-régionale. D’où l’exhortation adressée au gouvernement et aux groupes armés «à entreprendre et à accélérer le dialogue politique dans le cadre de l’Initiative Africaine». Un appel a été lancé aux leaders politiques et sociaux centrafricains à taire leurs divergences afin de se concentrer sur la pacification et la consolidation de la paix.

«Sur le plan humanitaire, la réunion des ministres a noté que les besoins humanitaires demeurent immenses à cause de l'insécurité et des violences récurrentes qui contraignent des milliers de personnes à se déplacer à travers le pays et entrainent des vagues de réfugiés dans les pays limitrophes.», indique le communiqué final de cette réunion.

S’agissant des violations des droits de l’homme, la CEEAC recommande le renforcement de la formation des forces de défense et de sécurité dans les domaines du droit international humanitaire et des droits de l’homme. Mais pour plus d’efficacité dans le travail des troupes, les différents contingents des forces de défense doivent être équipés «en vue de leur pleine opérationnalité».

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 24 février 2018
Services publics
en-représailles-à-la-rupture-de-la-concession-détenue-au-gabon-veolia-pourrait-geler-ses-investissements-dans-15-pays-du-continent

En représailles à la rupture de la concession détenue au Gabon, Veolia pourrait geler ses investissements dans 15 pays du continent

Le directeur général du groupe français Veolia, Antoine Frérot, a annoncé le 21 février 2018, au cours d’un conseil d’administration du groupe, que l’entreprise va suspendre ses investissements étrangers sur...
Le 24 février 2018
Sécurité
le-gabon-peaufine-l’organisation-du-prochain-sommet-des-chefs-d’etat-du-copax

Le Gabon peaufine l’organisation du prochain Sommet des chefs d’Etat du COPAX

Instruit par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, le Premier ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a eu une séance de travail relative à l’organisation du sommet du Conseil de paix...
Le 23 février 2018
Gouvernance
selon-koffi-ben-nassar-le-fmi-est-satisfait-des-efforts-entrepris-par-le-gabon-pour-l’apurement-de-la-dette-intérieure

Selon Koffi Ben Nassar, «  le FMI est satisfait des efforts entrepris par le Gabon pour l’apurement de la dette intérieure ».

En séjour au Gabon depuis quelques jours, une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par l’économiste senior du département Afrique, Koffi Ben Nassar, a été reçu ce 22 février,...
Le 23 février 2018
Services publics
retour-progressif-de-la-situation-à-la-normale-à-la-seeg

Retour progressif, de la situation à la normale à la SEEG

Le spectre d’incertitude qui planait sur la Société d’eau et d’énergie du Gabon depuis le début de la semaine, à la suite de la résiliation du Contrat qui liait l’Etat...