Le ministère de l’intérieur fait le point sur les évènements survenus après l'appel à la désobéissance civique lancé par Jean Ping

Le ministère de l’intérieur fait le point sur les évènements survenus après l'appel à la désobéissance civique lancé par Jean Ping

() - Suite à l’appel à la désobéissance civique lancé le 25 août dernier par Jean Ping (photo), ses partisans ont tenté d'organiser des causeries politiques ponctuées des marches non autorisées à Libreville, Port Gentil, Oyem et Tchibanga.

Selon un communiqué émanant des services du ministère de l’Intérieur, des rassemblements initiés à la suite de ce mot d’ordre ont très vite été dispersés par les Forces de l'ordre. Ces manifestations pour lesquelles, on dénombre une participation d'environ 500 personnes sur l'ensemble des villes concernées se sont soldées au total par 10 interpellations.

Pour ce qui est de Libreville, faute de mobilisation, le meeting projeté au quartier général de M. Ping n'a pu avoir lieu. Ses partisans estimés à 150, ont entrepris de marcher vers le quartier ‘’Bas de Gue Gue’’ mais ont été stoppés et dispersés vers la montée de la mairie du premier arrondissement. Les provocations à l'endroit de la Police se sont soldées par l'interpellation de 8 manifestants.

A Port Gentil, après une causerie avortée au quartier ‘’Bazar’’, les partisans de Jean Ping estimés à 150 personnes ont tenté d'organiser une marche en direction du gouvernorat de la province. Elle a été stoppée par la police et les deux principaux instigateurs ont été interpellés. Plusieurs de ces manifestants s'étant réfugiés au domicile de Fefe Onanga, une perquisition y a été opérée, sans violence, ni jet de grenades, en dépit des menaces verbales de toute sorte y compris celles d'incendier les marchés de la capitale économique.

A Oyem, quelques partisans, près de 150 personnes de la Coalition pour la nouvelle République conduits par le maire d'Oyem, se sont regroupés au corps de garde de la place des fêtes de la ville. La marche projetée vers le gouvernorat n'étant pas autorisée a été stoppée et par les forces de l'ordre. Aucun incident n'a été enregistré.

A Tchibanga, un groupe estimé à 50 personnes se revendiquant « proches de Jean Ping », sous les ordres d'un leader politique de la localité se sont retrouvés devant le gouvernorat où un mémorandum a été lu, avant d'être dispersés par les policiers et les gendarmes. Aucun incident n'a été signalé.

Comme l'avait indiqué le ministre de l'Intérieur dans une récente adresse, toutes les personnes interpellées seront déférées au parquet pour répondre de leurs actes. Car, force restera à la loi, conclut le communiqué.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 20 février 2018
Social
sodexo-quitte-définitivement-le-gabon

Sodexo quitte définitivement le Gabon

C’est depuis le mois de mars 2017 que le spécialiste de la restauration sur les plateformes pétrolières au Gabon, Sodexo, fait face à de nombreuses difficultés financières. Après les rumeurs...
Le 20 février 2018
Social
logements-sociaux-le-gouvernement-évalue-la-mise-en-œuvre-des-projets-immobiliers-exécutés-par-le-consortium-one-link-holding

Logements sociaux : le gouvernement évalue la mise en œuvre des projets immobiliers exécutés par le consortium One Link Holding

Le consortium chinois One Link Holding Group, spécialisé dans le BTP, à la tête de plus de 100 entreprises, toutes issues de l’Empire du Milieu, a conclu avec le gouvernement...
Le 19 février 2018
Gouvernance
alain-bâ-oumar---il-faut-que-l’apurement-de-la-dette-contribue-à-la-relance-de-l’économie-nationale

Alain Bâ Oumar : « Il faut que l’apurement de la dette contribue à la relance de l’économie nationale »

Après la signature de la convention d’apurement de la dette intérieure d’un montant de 310 milliards FCFA, par l'Etat gabonais et un groupement d’intérêt économique des entreprises créancières de l’Etat,...
Le 19 février 2018
Economie
le-fmi-évalue-les-avancées-du-gabon-dès-ce-jour-à-libreville

Le FMI évalue les avancées du Gabon dès ce jour à Libreville

Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) séjourne à Libreville du 19 au 22 février 2018. L’équipe conduite par Alex Segura Ubiergo (photo) vient évaluer les performances du pays après...