La Préfecture de police de Libreville remet de l’ordre dans ses rangs

La Préfecture de police de Libreville remet de l’ordre dans ses rangs

() - Dans le cadre de la lutte contre le racket et autres méthodes en déphasage avec l’éthique, et la déontologie du corps, dont font preuve certains de ses éléments, la Préfecture de police de Libreville vient de procéder à la prise d’importantes mesures de recadrage.

Dans cette optique, elle vient de mettre en place, de nouvelles fiches de constat de contravention identifiables. L'unité de police en charge des verbalisations fait savoir à cet effet, aux usagers qu’au moment de leur délivrance, celles-ci devront être impérativement signées et cachetées d'un « Timbre sec » sans lequel, elles n'auront aucune valeur. Et qu’en outre, les contrevenants devront s'acquitter de leurs amendes soit au Trésor public, soit à la Préfecture de police de Libreville.

Toutefois, précise-t-on «… aucun paiement d'amende ne doit s'effectuer sur la voie publique. Tout contrevenant qui outrepassera cette mesure, sera passible de poursuites judiciaires pour ‘’corruption active’’, comme le sera "l'agent verbalisateur’’ pour ‘’corruption passive’’, conformément aux articles 144 et 146 du code pénal gabonais », indique la Préfecture de police de Libreville. Laquelle, fait également savoir que « ces fiches ne constituent pas un reçu de paiement. Et qu’aucun paiement ne doit se faire sur la voie publique ».

Cette remise de l’ordre dans les rangs, notoirement saluée par les usagers, sonne comme une nouvelle ère au sein dans ce corps. Car, quelques jours plus tôt, dans le cadre de la régulation de la circulation urbaine, la Préfecture de police s’était déjà illustrée avec une autre mesure de recadrage.

Au regard de la persistance des stationnements anarchiques des véhicules dans les communes de Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum, sur instruction du Commandant en chef des Forces de police nationale, le préfet de police de Libreville vient de lancer une opération de pose systématique des sabots « sur les véhicules délictueux ». Cela, dans le strict respect du code de la route. Et toutes les contraventions issues de ce délit seront payées à la Préfecture de police de Libreville ou dans les services du Trésor Public.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 17 février 2019
Economie
pour-daniel-ona-ondo-on-ne-peut-plus-faire-léconomie-du-débat-sur-le-franc-cfa

Pour Daniel Ona Ondo, on ne peut plus faire l'économie du débat sur le franc CFA

Invité à prendre la parole le 14 février dernier en France, à la table ronde haut niveau organisée conjointement par la Banque de France, l’Agence française de développement et la...
Le 16 février 2019
Gouvernance
la-commission-cemac-et-le-ferdi-s’accordent-sur-des-questions-dintelligence-économique-et-de-politique-fiscale

La Commission CEMAC et le FERDI s’accordent sur des questions d'intelligence économique et de politique fiscale

La Commission de la CEMAC poursuit son déploiement international. Le 14 février 2019, au siège de la Banque de France, à la faveur d’une table ronde de haut niveau qui...
Le 15 février 2019
Gouvernance
une-propriété-ayant-accueilli-le-général-charles-de-gaulle-et-son-épouse-vendue-à-l’etat-gabonais

Une propriété ayant accueilli le général Charles de Gaulle et son épouse vendue à l’Etat gabonais

L’ambassadeur de France près le Gabon, Philippe Autié, a procédé le 13 février dernier, à la remise des clés de la « Villa Yvonne » à l’Etat gabonais, suite à sa vente...
Le 15 février 2019
Social
changements-climatiques-ali-bongo-a-mobilisé-deux-millions-de-dollars-durant-son-mandat-à-la-tête-du-cahoscc

Changements climatiques : Ali Bongo a mobilisé deux millions de dollars durant son mandat à la tête du CAHOSCC

Deux ans après avoir succédé au président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi à la tête du Comité des chefs d’Etat et de gouvernement africains sur les changements climatiques (CAHOSCC), le président...