La présidence de la République se saisit du dossier de la gestion des ordures ménagères à Libreville

Le directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, sur le site de la décharge de Mindoubé. Le directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, sur le site de la décharge de Mindoubé.

() - La question de la salubrité de la ville est devenue on ne peut plus alarmante et préoccupante. Après le diagnostic posé, il y a quelques jours par les différentes parties prenantes de ce domaine, à savoir, le ministère de l’Intérieur en charge de l’Hygiène publique, la mairie de Libreville et la société Averda, l’on vient de franchir un palier supérieur dans ce dossier.

Face à cette inquiétante montée de l’insalubrité dans la capitale gabonaise et certainement préoccupé par l’arrivée des pluies et ses risques sanitaires et sociaux, la présidence de la République a décidé de prendre en main la supervision de la gestion des ordures ménagères, indique une source proche de la présidence.

Sur instruction du chef de l’Etat, cette mission va incomber au Cabinet du président de la République, qui sera obligé de prendre rapidement le taureau par les cornes. Son action qui doit être immédiate afin de répondre à l'urgence, se concentrera dans un premier temps, sur la collecte et le ramassage des ordures. Il s’agira ensuite d’identifier un nouveau site de décharge des déchets avec enfin, un nouveau modèle pérenne de gestion des ordures ménagères.

Selon certains, cette solution s’impose avec acuité depuis plusieurs années. Car, avec une capacité de déchets collectés, passée de 500 tonnes à 1 000 tonnes par jour, l’unique décharge de la ville située à Mindoubé, a atteint sa saturation.

Résultats des courses, la capitale gabonaise reflète ces derniers temps, une image très peu reluisante, avec des immondices qui jonchent les rues et des effluves nauséabondes qui la parfument.

Stéphane Billé  

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 21 septembre 2019
Une Sécurité & Justice
gestion-du-conflit-homme-faune--un-partenariat-entre-le-conseil-économique-du-gabon-et-la-fao-en-gestation

Gestion du conflit Homme-Faune : un partenariat entre le Conseil économique du Gabon et la FAO en gestation

Le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), René Ndemezo’o Obiang, et le Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, par ailleurs représentant au Gabon et...
Le 21 septembre 2019
Une Santé & Social
le-gabon-travaille-à-l’amélioration-des-conditions-d’apprentissage-des-enfants-atteints-d’autisme-et-de-trisomie

Le Gabon travaille à l’amélioration des conditions d’apprentissage des enfants atteints d’autisme et de trisomie

Comment améliorer les conditions d’apprentissage des enfants atteints d’autisme et de trisomie? Le sujet constitue une véritable préoccupation pour le gouvernement gabonais. Le ministre de l’Économie, des Finances et des...
Le 20 septembre 2019
Une Sécurité & Justice
l’onu-forme-des-officiers-gabonais-à-la-lutte-contre-le-terrorisme

L’ONU forme des officiers gabonais à la lutte contre le terrorisme

Les différents corps des forces de défense et de sécurité du Gabon ont été formés entre le 16 et le 19 septembre dernier, au siège du commandement des forces de...
Le 20 septembre 2019
Justice
les-victoires-judiciaires-du-gabon-contre-eurofinsa-et-enka-lui-font-économiser-70-milliards-de-cfa

Les victoires judiciaires du Gabon contre Eurofinsa et Enka lui font économiser 70 milliards de CFA

En début de semaine, le Gabon a eu gain de cause dans le procès qui l’opposait au groupe espagnol Eurofinsa, propriétaire de la société de BTP Ceddex-Entraco. L’entreprise avait porté...