La présidence de la République se saisit du dossier de la gestion des ordures ménagères à Libreville

Le directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, sur le site de la décharge de Mindoubé. Le directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, sur le site de la décharge de Mindoubé.

() - La question de la salubrité de la ville est devenue on ne peut plus alarmante et préoccupante. Après le diagnostic posé, il y a quelques jours par les différentes parties prenantes de ce domaine, à savoir, le ministère de l’Intérieur en charge de l’Hygiène publique, la mairie de Libreville et la société Averda, l’on vient de franchir un palier supérieur dans ce dossier.

Face à cette inquiétante montée de l’insalubrité dans la capitale gabonaise et certainement préoccupé par l’arrivée des pluies et ses risques sanitaires et sociaux, la présidence de la République a décidé de prendre en main la supervision de la gestion des ordures ménagères, indique une source proche de la présidence.

Sur instruction du chef de l’Etat, cette mission va incomber au Cabinet du président de la République, qui sera obligé de prendre rapidement le taureau par les cornes. Son action qui doit être immédiate afin de répondre à l'urgence, se concentrera dans un premier temps, sur la collecte et le ramassage des ordures. Il s’agira ensuite d’identifier un nouveau site de décharge des déchets avec enfin, un nouveau modèle pérenne de gestion des ordures ménagères.

Selon certains, cette solution s’impose avec acuité depuis plusieurs années. Car, avec une capacité de déchets collectés, passée de 500 tonnes à 1 000 tonnes par jour, l’unique décharge de la ville située à Mindoubé, a atteint sa saturation.

Résultats des courses, la capitale gabonaise reflète ces derniers temps, une image très peu reluisante, avec des immondices qui jonchent les rues et des effluves nauséabondes qui la parfument.

Stéphane Billé  

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 19 septembre 2018
Gouvernance
initiative-d’adaptation-pour-l’afrique--ali-bongo-milite-pour-la-relance-du-mémorandum-de-paris

Initiative d’adaptation pour l’Afrique : Ali Bongo milite pour la relance du mémorandum de Paris

Sous l’égide du gouvernement gabonais, au nom du Comité des chefs d'Etat et de gouvernement africains sur les changements climatiques (CAHOSCC) et du Programme des Nations Unies pour le Développement...
Le 19 septembre 2018
Social
selon-le-pnud-le-gabon-accède-à-la-catégorie-des-pays-à-développement-humain-élevé

Selon le PNUD, le Gabon accède à la catégorie des pays à développement humain élevé

Le dernier classement du Programme des Nations unies sur l’Indice de développement humain (IDH) vient d’être publié. Le Gabon conserve son rang continental (7ème), mais recule d’une place à la...
Le 18 septembre 2018
Social
l’ambassade-de-france-près-le-gabon-finance-un-groupement-d’acteurs-non-étatiques-à-hauteur-de-15-millions-fcfa

L’ambassade de France près le Gabon finance un groupement d’acteurs non étatiques à hauteur de 15 millions FCFA

Dans le cadre de son programme « Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs » (PISCCA), le service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France près le Gabon,...
Le 18 septembre 2018
Formation
le-gabon-préconise-un-plan-quinquennal-de-1250-milliards-fcfa-pour-réformer-le-système-éducatif-national

Le Gabon préconise un plan quinquennal de 1250 milliards FCFA pour réformer le système éducatif national

Après sensiblement deux semaines de travaux axés autour des thématiques : éducation, formation et emploi, les experts commis pour la task-force sur l’éducation, annoncée par le chef de l’Etat, Ali Bongo,...