En représailles à la rupture de la concession détenue au Gabon, Veolia pourrait geler ses projets d'investissements dans 15 pays du continent

En représailles à la rupture de la concession détenue au Gabon, Veolia pourrait geler ses projets d'investissements dans 15 pays du continent

() - Le directeur général du groupe français Veolia, Antoine Frérot, a annoncé le 21 février 2018, au cours d’un conseil d’administration du groupe, que l’entreprise va suspendre ses projets d'investissement étranger sur tout le continent africain, rapporte le Financial Times.

Dans son propos au journal britannique, le PDG de Veolia Environnement indique que la décision du gouvernement gabonais de mettre un terme au contrat de concession qui avait fait l’objet d’un renouvellement en juin 2017, constitue «une très mauvaise nouvelle, non seulement pour le Gabon, mais aussi pour toute l’Afrique».

«Celle-ci, prévient-il, va considérablement nuire aux investissements envisagés par le groupe dans plusieurs pays africains mais également au Gabon. (…) Les investisseurs étrangers, en particulier dans notre domaine qui est une industrie à long terme (…), vont certainement geler beaucoup d’investissements étrangers en Afrique, pas seulement au Gabon», confie-t-il au journal britannique.

Pour Antoine Frérot, le gouvernement a pris une décision politique qui aura de fortes conséquences financières. Car, indique-t-il, Veolia compte poursuivre en justice le Gabon pour récupérer ce qui lui est dû.

Mais, d’après le porte-parole de la présidence de la République, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, invité sur le plateau de TV5 le 22 février 2018, la dette due à la filiale locale du concessionnaire français s’élève à 4 milliards de Fcfa.

Une version dont les détails ont été livrés par le ministre de l’Eau et de l’Energie quelques jours plus tôt. «Quand nous avons signé un contrat de compensation de dette, en tenant compte des exonérations et des compensations fiscales, nous étions à 13 milliards de Fcfa. La SEEG m’a signé récemment un document de reddition de dette, c’est-à-dire, clore la dette avant d’arriver à un nouveau contrat d’affermage. Dans ce document, la dette définitive due à la SEEG s’élève à un peu plus de 3,8 milliards de Fcfa», expliquait-il lors d’une conférence de presse en début de semaine.

Ces arguments et d’autres seront exposés, d’après Antoine Frérot, devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements.

SeM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...