Gamba, une ville où les humains et les éléphants cohabitent

Gamba, une ville où les humains et les éléphants cohabitent

A la recherche des mangues, principal aliment de leur pitance, les éléphants s'aventurent régulièrement pendant les mois d’octobre, novembre et de décembre, sur le camp Yenzi, de Shell Gabon - le quartier résidentiel construit par Shell Gabon, il y a plus de 50 ans dans la ville de Gamba au sud-ouest du Gabon – où plusieurs manguiers ont été plantés lors de sa construction.

Les manguiers de Yenzi ne constituent pas la seule grande tentation pour cette espèce animale à Gamba. Ils effectuent également des incursions dans les plantations agricoles pour trouver la pitance. Ce qui, malheureusement entrave essentiellement les moyens de subsistance des agriculteurs.

Seulement, cette cohabitation bien qu’excitante et passionnante à vivre, s’avère tout aussi dangereuse, relèvent Todd, Mireille Johnson et Alfonso Alonso du Centre pour la conservation américain, Smithsonian Institution. D’après cette équipe d’experts, dont la mission est d’aider le personnel du camp à gérer et à partager en toute sécurité les terres qu’il partage désormais avec ces pachydermes, le défi reste bien délicat. Car, selon Todd, Mireille Johnson et Alfonso Alonso, à la différence des éléphants au Kenya et en Tanzanie qui vivent dans la savane et sont assez faciles à repérer, les éléphants de forêt à l’instar de ceux du Gabon sont beaucoup plus difficile à atteindre. «Pour les entendre se déplacer à travers la forêt, on pourrait penser qu'ils marchent sur la pointe des pieds, ils sont si calmes et furtifs. Parce que leur suivi est si difficile, cette espèce reste assez mystérieuse aux scientifiques et même à la population locale.», soulignent-ils.

A Gamba, la population avoisinant les 10 000 âmes est entourée d'une mosaïque de forêt et de savane qui forment un complexe d'aires protégées. Cette zone qui comprend les parcs nationaux de Moukalaba- Doudou et de Loango constitue un habitat vital pour la survie de l'espèce.

Selon l’équipe de Smithsonian Institution, malgré le fait que les éléphants sont essentiels au maintien de la forêt dont ils dépendent, il est assez difficile de dissuader un animal de visiter une région où il y a une richesse de nourriture attrayante. Il est donc essentiel de trouver des moyens de promouvoir une coexistence pacifique.

Il convient donc d'enseigner comment être en sécurité quand les éléphants sont à proximité. Pour le dire de manière la plus simple, la place d'un éléphant de forêt reste et demeure dans la forêt. Cela est d’autant plus important dans ce sens que le Gabon reste l'un des derniers bastions pour les éléphants de forêt, malgré l’intensité du phénomène de braconnage. D’ailleurs, ses zones de faible chasse constituent un excellent environnement où ils peuvent prospérer quand ils ne sont pas confrontés à la concurrence pour l'espace, l'habitat, la nourriture ou d'autres ressources.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 14 décembre 2018
Régulation
l’afritac-centre-renforce-les-capacités-des-superviseurs-bancaires-de-la-sous-région

L’AFRITAC Centre renforce les capacités des superviseurs bancaires de la sous-région

Sous l’égide d’AFRITAC Centre, Libreville, la capitale gabonaise, va servir de cadre à un séminaire régional dans le domaine de la régulation et de la supervision bancaires, du 07 au...
Le 14 décembre 2018
Economie
les-importations-de-denrées-alimentaires-en-baisse-sur-les-neuf-premiers-mois-de-l’année

Les importations de denrées alimentaires en baisse sur les neuf premiers mois de l’année

Jusqu’ici, le Gabon connaissait une croissance exponentielle des importations de denrées alimentaires. Le ministère de l’Economie note que sur les neuf premiers mois de l’année en cours, les importations de...
Le 14 décembre 2018
Gouvernance
la-cemac-discute-des-projets-intégrateurs-avec-la-banque-mondiale

La Cemac discute des projets intégrateurs avec la Banque mondiale

Après le directeur général du FMI, c’était au tour du vice-président de la Banque mondiale, Hafez Ghanem, d’accueillir la délégation de haut niveau de la Cemac, composée du président de...
Le 13 décembre 2018
Economie
la-facture-des-importations-gabonaises-s’élève-à-921-milliards-fcfa-à-fin-septembre

La facture des importations gabonaises s’élève à 921 milliards FCFA à fin septembre

La hausse des importations observée au deuxième trimestre de l’année en cours (24,5%), s’est poursuivie jusqu’au 30 septembre, atteignant 346,7 milliards FCFA soit une progression de 8,8%. Cette évolution est consécutive...