Lutte contre le chômage : Jean-Fidèle Otandault lance la seconde session du projet Idyanja

Lutte contre le chômage : Jean-Fidèle Otandault lance la seconde session du projet Idyanja

() - La deuxième session du projet Idyanja, a été lancée le 9 juin dernier, à Port Gentil par le ministre d’Etat, en charge du Budget et des Comptes publics, Jean-Fidèle Otandault (photo).

Cette cérémonie a donné lieu à une nouvelle sélection de 100 porteurs de projets âgés de 18 à 35 ans, qui au terme de cette sélection, pourront bénéficier des financements ainsi que des sessions de formation dans leur domaine d’activité afin de mener leur projet à terme.

Tout en redéfinissant le concept Idyanja, qui signifie le travail, en langue Omyèné, Pépécy Ogouliguendé, présidente de l’ONG Malachie, partenaire technique du projet, a indiqué que «l’initiative vise trois objectifs fondamentaux : contribuer à générer, par une plus grande implication du secteur privé, une croissance durable et inclusive capable d’accompagner efficacement la transformation de la microéconomie de la province ; redynamiser la création des richesses et d’emplois dans l’Ogooué-Maritime à travers un soutien appuyé aux initiatives entrepreneuriales ; réduire drastiquement le chômage des jeunes et améliorer leur bien-être».

Occasion a été donné à Jean-Fidèle Otandault, de témoigner de son attachement à ce projet pour le développement du Gabon, ainsi que du soutien personnel qu’il souhaite adresser à la jeunesse gabonaise. « Il est temps de passer de la parole à l’acte, en mettant en place des mesures concrètes pour aider les jeunes Gabonais à faire fructifier leur travail.», a-t-il indiqué, avant d’appeler les futurs bénéficiaires dudit projet, de faire preuve de responsabilité.

Il a également profité pour prodiguer des conseils avisés aux entrepreneurs en herbe, en reprenant les propos d’un ancien dirigeant d’entreprise, « malgré les moyens que nous mettons à disposition des bénéficiaires, s’ils ne sont pas sérieux, s’ils ne sont pas déterminés, ils ne réussiront pas ».

Pour rappel, le projet Idyanja est un fonds destiné au financement de micros projets portés par des jeunes gabonais et gabonaises de 18 à 35 ans, résidant dans la province de l’Ogooué-Maritime. Il offre également des formations dans divers domaines tels que : le leadership transformationnel, l’éducation financière, la gestion entrepreneuriale, le marketing, la vente etc.

En clair, l’initiative vise à lutter contre le chômage et la précarité mais surtout, à rendre économiquement autonomes, les jeunes de Port-Gentil et ses environs à travers la création des activités génératrices de revenus.

Stéphane Billé

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 16 novembre 2018
Gouvernance
400-fournisseurs-et-experts-en-observation-de-la-terre-se-donnent-rendez-vous-à-libreville-le-19-novembre

400 fournisseurs et experts en Observation de la Terre se donnent rendez vous à Libreville le 19 novembre

Le 1er Forum Continental du programme GMES et Afrique se déroulera à Libreville du 19 au 23 novembre, organisé par la Commission de l'Union Africaine et l'Etat gabonais. Il aura pour...
Le 16 novembre 2018
Gouvernance
la-caisse-des-dépôts-et-consignations-à-l’école-de-la-cdg-du-maroc

La Caisse des dépôts et consignations à l’école de la CDG du Maroc

Pour la deuxième édition du séminaire international CDG pour l’Afrique, organisé par la Caisse de dépôt et de gestion du Maroc, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) se met...
Le 16 novembre 2018
Gouvernance
l’afrique-centrale-planche-sur-la-modernisation-de-ses-services-hydrométéorologiques

L’Afrique centrale planche sur la modernisation de ses services hydrométéorologiques

Ce 16 novembre 2018, à Libreville, la capitale gabonaise, s’achèvera le premier Forum hydrométéorologique d’Afrique centrale, dont les travaux ont débuté le 14 novembre. Organisé par le Secrétariat général de la...
Le 16 novembre 2018
Gouvernance
dette-intérieure-le-gouvernement-en-quête-de-stratégies-pour-régler-son-ardoise

Dette intérieure : le gouvernement en quête de stratégies pour régler son ardoise

Selon Hugues Mbadinga, directeur général de la dette, à cause de la dégradation de l’environnement économique local et sous-régional, «les outils existants prévus par les lois nationales ou les règlements...