Selon la Banque mondiale, 153 millions de personnes ont accès à l’eau en Afrique subsaharienne, en 2015

Selon la Banque mondiale, 153 millions de personnes ont accès à l’eau en Afrique subsaharienne, en 2015

() - L’institution de Bretton Woods vient de publier un rapport sur les performances des services d’eau en Afrique subsaharienne. Ce document analyse les performances opérationnelles, financières et clients de 306 services publics et privés d’eau, dans 41 pays, sur une période de 20 ans.

Le Programme conjoint OMS/UNICEF de suivi, d’approvisionnement en eau, et de l’assainissement (JMP), que cite abondamment l’étude, indique que la croissance démographique en Afrique n’a pas été suivie de l’accroissement de l’accès, au même rythme, dans certains services publics, de l’eau courante.

Si la proportion ayant accès à des services d’approvisionnement améliorés est passée de 48% à 68 % au cours de la même période, l’accès à l’eau courante est pondéré à 15% en 2015.

Dans les foyers urbains, l’accès à l’eau courante s’établit à 124 millions de personnes, soit un recul de 40% à 33% entre 2000 et 2015. Dans toute l’Afrique subsaharienne, le nombre de personnes impactées par l’accès au service de l’eau est passé de 74 millions, en 1990, à 153 millions en 2015.

Dans le même temps, note le rapport, « le nombre de services d’eau a connu une forte augmentation en Afrique alors qu’un nombre croissant de villes, notamment de petite taille, se dotaient des leurs».

Selon la Banque mondiale, les raisons du déclin de l’accès à l’eau dans les foyers de la partie subsaharienne du continent résident dans le fait que de nombreux services publics, municipaux ou privés d’eau, n’arrivent pas à couvrir leurs coûts d’exploitation et d’entretien.

Face à cette difficulté, l’élargissement de la couverture du nombre de ménages, du fait de la carence des ressources financières, se trouve hypothéqué.

« Autre raison, l’intervention des fonds publics qui couvrent une partie des coûts, entravant ainsi les investissements destinés à l’expansion du réseau. Cette dépendance à l’égard des transferts publics n’incite guère les services d’eau à améliorer leur performance financière.», fait observer le rapport.

La Banque mondiale démontre également que plusieurs services d’eau financièrement viables, sont réservés aux franges les plus aisées, et inabordables pour la majorité de la population. Ils deviennent «indésirables compte tenu de leurs importants avantages en matière de santé publique ».

Dans le même temps, souligne l’étude, des services «abordables mais financièrement non viables se traduisent généralement par un manque d’entretien, et par des services de piètre qualité que les consommateurs ne veulent pas payer, décourageant ainsi les clients potentiels à se raccorder au réseau et les clients existants à payer pour l’eau courante».

seM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 23 avril 2018
Gouvernance
le-g20-et-la-cemac-fixent-les-conditions-d’un-dialogue-favorable-au-développement-durable-et-équitable

Le G20 et la Cemac fixent les conditions d’un dialogue favorable au développement durable et équitable

En marge de la réunion des assemblées générales annuelles du FMI et de la Banque mondiale, les ministres des Finances, les gouverneurs des banques centrales ainsi que d’autres organisations régionales,...
Le 23 avril 2018
Sécurité
le-gabon-et-le-togo-vont-réviser-l’accord-sur-la-libre-circulation-des-personnes-et-des-biens

Le Gabon et le Togo vont réviser l’accord sur la libre circulation des personnes et des biens

En plus de l’échange de points de vue sur les questions bilatérales, régionales et internationales se rapportant aux sujets d’intérêts communs, Noël Nelson Messone, ministre des Affaires étrangères gabonais, qui...
Le 23 avril 2018
Gouvernance
selon-la-banque-mondiale-la-cemac-est-la-région-du-continent-la-plus-dépendante-des-ressources-naturelles

Selon la Banque mondiale, la Cemac est la région du continent la plus dépendante des ressources naturelles

La Banque mondiale dans son rapport semestriel consacré aux perspectives économiques du continent, rendu public le 18 avril 2018 à Washington, souligne que la Cemac est la région la plus...
Le 22 avril 2018
Gouvernance
ali-bongo-dévoile-sa-vision-de-la-décentralisation-au-gabon

Ali Bongo dévoile sa vision de la décentralisation au Gabon

C’est à Franceville, que le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a procédé le 21 avril 2018 au lancement du Fonds d’initiative départementale, annoncé le 31 décembre 2017 lors de...