Selon la Banque mondiale, 153 millions de personnes ont accès à l’eau en Afrique subsaharienne, en 2015

Selon la Banque mondiale, 153 millions de personnes ont accès à l’eau en Afrique subsaharienne, en 2015

() - L’institution de Bretton Woods vient de publier un rapport sur les performances des services d’eau en Afrique subsaharienne. Ce document analyse les performances opérationnelles, financières et clients de 306 services publics et privés d’eau, dans 41 pays, sur une période de 20 ans.

Le Programme conjoint OMS/UNICEF de suivi, d’approvisionnement en eau, et de l’assainissement (JMP), que cite abondamment l’étude, indique que la croissance démographique en Afrique n’a pas été suivie de l’accroissement de l’accès, au même rythme, dans certains services publics, de l’eau courante.

Si la proportion ayant accès à des services d’approvisionnement améliorés est passée de 48% à 68 % au cours de la même période, l’accès à l’eau courante est pondéré à 15% en 2015.

Dans les foyers urbains, l’accès à l’eau courante s’établit à 124 millions de personnes, soit un recul de 40% à 33% entre 2000 et 2015. Dans toute l’Afrique subsaharienne, le nombre de personnes impactées par l’accès au service de l’eau est passé de 74 millions, en 1990, à 153 millions en 2015.

Dans le même temps, note le rapport, « le nombre de services d’eau a connu une forte augmentation en Afrique alors qu’un nombre croissant de villes, notamment de petite taille, se dotaient des leurs».

Selon la Banque mondiale, les raisons du déclin de l’accès à l’eau dans les foyers de la partie subsaharienne du continent résident dans le fait que de nombreux services publics, municipaux ou privés d’eau, n’arrivent pas à couvrir leurs coûts d’exploitation et d’entretien.

Face à cette difficulté, l’élargissement de la couverture du nombre de ménages, du fait de la carence des ressources financières, se trouve hypothéqué.

« Autre raison, l’intervention des fonds publics qui couvrent une partie des coûts, entravant ainsi les investissements destinés à l’expansion du réseau. Cette dépendance à l’égard des transferts publics n’incite guère les services d’eau à améliorer leur performance financière.», fait observer le rapport.

La Banque mondiale démontre également que plusieurs services d’eau financièrement viables, sont réservés aux franges les plus aisées, et inabordables pour la majorité de la population. Ils deviennent «indésirables compte tenu de leurs importants avantages en matière de santé publique ».

Dans le même temps, souligne l’étude, des services «abordables mais financièrement non viables se traduisent généralement par un manque d’entretien, et par des services de piètre qualité que les consommateurs ne veulent pas payer, décourageant ainsi les clients potentiels à se raccorder au réseau et les clients existants à payer pour l’eau courante».

seM

Facebook (copie)

ACTUALITES

Le 27 mai 2017
Sécurité
les-etats-membres-de-l’unsac-se-retrouvent-à-yaoundé-du-29-mai-au-02-juin-pour-leur-44e-réunion-ministérielle

Les Etats membres de l’UNSAC se retrouvent à Yaoundé du 29 mai au 02 juin pour leur 44e réunion ministérielle

Après Sao Tomé en 2016, la 44e réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargée des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC), aura lieu du 29 mai...
Le 26 mai 2017
Gouvernance
les-diplomates-africains-en-poste-au-gabon-en-appellent-à-la-protection-et-de-la-préservation-durable-de-la-nature

Les diplomates africains en poste au Gabon, en appellent à la protection et de la préservation durable de la nature

Dans le cadre de la célébration du 54e anniversaire de la Journée de l’Afrique, des diplomates africains en poste au Gabon ont mené, ce jeudi 2017, à Libreville, une action...
Le 26 mai 2017
Economie
entre-2015-et-2017-la-banque-mondiale-a-investi-500-millions-de-dollars-au-gabon

Entre 2015 et 2017, la Banque mondiale a investi 500 millions de dollars au Gabon

Elisabeth Huybens, directrice des opérations de la Banque mondiale en charge du Cameroun, Gabon, Guinée Equatoriale, Angola et Sao Tomé, en tournée à Libreville, a indiqué à la presse que...
Le 26 mai 2017
Santé
laviation-civile-gabonaise-dément-des-rumeurs-relatives-à-la-présence-d’ebola-à-l’aéroport-de-libreville

L'aviation civile gabonaise dément des rumeurs relatives à la présence d’Ebola à l’aéroport de Libreville

Suite à une information provenant de l’aéroport de Libreville, un passager en provenance de Kinshasa par vol Asky le vendredi 19 mai 2017, était suspecté d’être atteint d’Ebola. La direction...