L’économie gabonaise marque des signes de reprise

Economie
jeudi, 30 juin 2016 12:57
L’économie gabonaise marque des signes de reprise

(Le Nouveau Gabon) - Après plusieurs mois passés dans le brouillard suite à la chute du cours du pétrole, l’économie gabonaise amène à entretenir l’espoir d’un redémarrage. Selon les données du gouvernement, les statistiques du chômage du mois de juin ont permis d’observer une baisse de 0,7% du taux de chômage par rapport au mois de décembre 2015 passant de 23,2% à 22,5%. Le programme de transformation de l’économie, avec l’implantation de plusieurs usines dans la Zone Economique Spéciale de Nkok, le programme agricole Olam Palm et le lancement l’année dernière, du programme de développement GRAINE ont contribué à cette amélioration des chiffres du chômage.

La santé de l’économie gabonaise en passe de s’éclaircir

Le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) a lui aussi connu une amélioration de 0,4% sur la même période grâce à la reprise des cours du pétrole sur le marché international. Celui-ci s’affiche aujourd’hui à 49,20$ le baril. La loi des finances 2016 s’étant basée sur un cours du brut à 38$, le Gabon devrait connaître un surplus budgétaire au courant de cette année.

Au niveau des agrégats internes, la consommation domestique montre une reprise lente mais stable. L’investissement public, moteur essentiel de la croissance, connaît un regain d’activité avec l’accélération des chantiers de la Coupe d’Afrique des Nations 2017, la construction de plusieurs stades, et la réhabilitation de voiries urbaines dont l’axe PK5-PK12. Le remboursement de 120 milliards de francs CFA de dette intérieure a permis de relancer la production dans le secteur du BTP, qui faisait grise mine ces deux dernières années.

Une baisse de la commande publique malgré une reprise du pouvoir d’achat

Enfin, le pouvoir d’achat connaît lui aussi une légère amélioration, effets des exonérations fiscales et douanières récemment prises sur les produits de base et de première nécessité, dans le cadre de la politique budgétaire en faveur des couches sociales les plus défavorisées. La vente de véhicules neufs, très dépendant de la consommation des administrations publiques, a connu une forte baisse de 30% entre 2015 et 2016.

Cependant, les recettes minières hors pétrole de l’Etat restent affectées par des cours du manganèse en baisse continue. Ils s’affichent aujourd’hui à 635$ la tonne contre 975$ en 2014. Le taux d’inflation reste contrôlé autour à 2,5%.

 

Synclair Owona

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] lenouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.