67 milliards FCFA, pour construire une route en vue de relier le Cameroun au Gabon

Gestion Publique
mardi, 16 février 2021 16:15
67 milliards FCFA, pour construire une route en vue de relier le Cameroun au Gabon

(Le Nouveau Gabon) - Le ministre camerounais des Travaux publics (Mintp), a procédé, le 15 février à Yaoundé, à la signature d’un contrat commercial avec l’entreprise italienne Seas, représentée par son directeur général, Francesco Pauseli, pour la construction de la route Olounou-Oveng (70 km), première d’une route devant relier le Cameroun au Gabon.

« Ce contrat va permettre de mettre à contribution l’entreprise italienne Seas dans la phase I du projet de construction de la route Olounou-Oveng-frontière Gabon (105 km au total), pour un coût prévisionnel des travaux d’un montant de 67 milliards de FCFA », explique-t-on au Mintp. Dans cette perspective, l’étape suivante est la signature du marché public proprement dit entre l’Etat du Cameroun et Seas.

Le projet prévoit une route de 1 x 2 voies de 3,5 m d’une vitesse de référence de 60 km/heure. Il est prévu une réalisation de 59 ouvrages de drainage transversal ; la construction de 13 ponts de longueurs diverses pour un linéaire total de 260 ml ; l’aménagement des carrefours ; la réalisation des signalisations horizontale et verticale et des équipements de sécurité. La durée d’exécution des travaux est de 24 mois.

Le financement, objet de ce contrat commercial prend également en compte : les contrôles techniques et géotechniques, la construction d’un poste de péage automatique, d’un poste de pesage, d’un poste de comptage.

C’est au cours du forum des affaires tenu en marge de la visite d’État du président Paul Biya en Italie, effectuée du 20 au 22 mars 2017, que l’Italie a manifesté son intérêt pour le financement des travaux de construction de la route Olounou-Oveng-Frontière Gabon. Un protocole d’accord avait alors été signé en précisant que les entreprises italiennes Seas, Italfer et le groupe Leonardo se chargeront de réaliser les travaux. Finalement c’est uniquement Seas qui devrait s’y atteler.

« Le choix de cet axe comme faisant partie d’un projet du volet routier du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance (PLanut), est justifié d’une manière générale par la volonté de désenclaver des bassins de production en reliant chacune des villes concernées par ce projet au réseau structurant ; à étendre le réseau bitumé de la région du Sud vers les grands bassins de production ; à faciliter l’écoulement de la production agropastorale vers les grands pôles de consommation du pays et du Gabon ; à améliorer l’accès des populations aux infrastructures de bases ; à améliorer les revenus des populations en facilitant l’écoulement de leur production », explique-t-on au Mintp.

Sylvain Andzongo

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] lenouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.