La Banque mondiale soutient le Gabon dans sa politique d’industrialisation de la filière-bois et de protection de l’environnement

Bois
jeudi, 23 juin 2016 17:29
La Banque mondiale soutient le Gabon dans sa politique d’industrialisation de la filière-bois et de protection de l’environnement

(Le Nouveau Gabon) - Cette disposition a été manifestée à la suite d’une récente étude menée sur le secteur forestier gabonais, par la Banque mondiale, laquelle a fait ressortir certains défis à relever afin de booster ce secteur.

Selon cette étude, pour dynamiser le secteur industriel du bois et soutenir les opérateurs économiques de cette filière (soutien à la filière Okoumé, la valorisation des produits connexes, l’accès des petits opérateurs aux marchés publics, l’accès aux financements, la formation professionnelle, etc.), la Banque mondiale recommande notamment, d’augmenter la production de grumes dans les concessions aménagées, d’apporter des garanties de traçabilité, de créer une bourse du bois et de promouvoir les essences secondaires. Enfin, il faudrait renforcer les capacités institutionnelles à travers des réformes structurelles porteuses et plus de moyens (appui au niveau central mais aussi déploiement sur le terrain, et généralisation du contrôle de l’aménagement forestier).

La préoccupation actuelle de l’Institution de Bretton Woods est d’accompagner le Gabon afin que la décision souveraine d’interdiction d’exportation des grumes puisse générer davantage d’emplois, contribuer de façon plus significative à la croissance et produire des recettes fiscales conséquentes.

En matière de protection de l’environnement, la Banque mondiale appuie le Gabon dans la gestion de ses aires protégées (parcs nationaux et sites Ramsar) et, pour répondre à des enjeux tels que le braconnage des éléphants et les conflits homme-éléphant. Dans ce domaine, des efforts constants doivent être fournis pour maintenir le capital biodiversité du pays qui en fait un leader sur la scène internationale.

Les richesses faunistiques, floristiques et paysagères pourraient offrir de réelles opportunités économiques si plus d’investissement dans le secteur éco-touristique étaient effectués avec un accent particulier pour renforcer le tissu d’opérateurs nationaux et créer des produits touristiques milieu de gamme. La durabilité du financement de la conservation reste une préoccupation majeure pour la Banque mondiale.

De façon plus générale, la Banque mondiale et la communauté internationale au sens large, reconnaissent le processus visionnaire d’affectation des terres lancé par le Gabon dans le cadre de sa politique de protection des forêts et de son plan climat.

Le Gabon a d’ailleurs participé au lancement du business plan pour le climat en Afrique de la Banque mondiale à la COP21, à Paris, en novembre 2015. La mise en œuvre de ce plan d’affectation des terres devrait permettre au Gabon de mettre en cohérence ses politiques de développement agricole et de réduction des émissions des gaz à effet de serre, contribuant donc aux efforts mondiaux de lutte contre les changements climatiques.

Synclair Owona

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] lenouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.