L’ANPN répond aux ONG Mighty et Brainforest

Agro
mardi, 17 janvier 2017 16:51
L’ANPN répond aux ONG Mighty et Brainforest

(Le Nouveau Gabon) - Le 12 décembre 2016, l’organisation américaine à but non lucratif Mighty, publiait un rapport intitulé «La boite noire du commerce de l’huile de palme» : Ou comment l’émergence du géant de l’agrobusiness Olam, parmi les acteurs majeurs du commerce de l’huile de palme, « menace l’avenir des forêts d’Asie du Sud-Est et du Gabon. »

Pour l’Agence nationale des Parcs nationaux (ANPN) que dirige le professeur Lee White, ce «rapport (…) est une critique particulièrement fallacieuse et injuste du développement de l’agriculture durable au Gabon».

«Le ton de ce rapport partial insinue que le Gabon est en train de détruire intentionnellement ses forêts. Mighty méconnaît la situation exceptionnelle du Gabon – une nation qui a la couverture forestière par habitant la plus importante (avec une forêt couvrant 88 % du pays) et l’un des taux de déforestation les plus bas de la planète», souligne l’ANPN dans sa réponse à l’ONG américaine.

Aussi l’Agence situe-t-elle le contexte du développement des plantations de palmier à huile au Gabon qui, selon elle, découle de la volonté des autorités, à sortir de la dépendance alimentaire de l’extérieur.

«Le choix des plantations de palmier à huile a été une décision stratégique pour le gouvernement. Les plantations extensives de palmiers à huile ont à un moment fait partie de l’histoire du Gabon – dans des zones maintenant occupées par la forêt tropicale », relève l’Agence.

Plus loin, l’Agence donne à voir sur le rapport du Gabon aux forêts. Car, rappelle l’ANPN, «tandis que tous les pays développés ont perdu la majorité de leurs forêts au cours de leur essor économique, le Gabon s’engage à établir un nouveau modèle de développement durable qui préservera les forêts».

S’agissant de l’Approche Haut Stock de Carbone (HCSA), l’ANPN démontre en quoi celle-ci ne correspond pas aux besoins du Gabon. Car, « le guide de l’HCSA de 2015 ne traite pas des pays qui ont une superficie forestière importante, comme le Gabon, et le guide de nouvelle « convergence » n’a pas été publié ; nous croyons qu’elle ne concerne pas les cas comme le Gabon et qu’elle n’a pas été testée. Par conséquent, nous pensons que cette insistance sur la HCSA n’est pas justifiée».

Auxence Mengue

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] lenouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.