Ce que les employés de Shell Gabon ont obtenu de la direction générale de la compagnie

Economie
mercredi, 25 janvier 2017 12:03
Ce que les employés de Shell Gabon ont obtenu de la direction générale de la compagnie

(Le Nouveau Gabon) - La conciliation entre les employés de Shell Gabon réunis au sein de l’organisation nationale des employés du pétrole, et la direction générale de cette compagnie pétrolière, était jusque-là inconnue du grand public.

Le ministère du Travail et de l’emploi ainsi que celui de l’Economie, qui ont mené les négociations avec le puissant syndicat entre le 3 janvier et le 14 janvier 2017, ont décidé d’informer sur le contenu de cet accord qui, selon Sylvain Mayabi Binet, secrétaire général adjoint de l’ONEP, «satisfait le personnel de la compagnie».

Ainsi, étant donné que les revendications des employés s’inscrivaient dans le cadre de la cession des actifs détenus par le groupe Shell dans Shell Gabon, les travailleurs ont obtenu le versement d’une prime de bonne séparation avant la fin de la période transition. Selon le procès-verbal de conciliation, le paiement de cette prime concerne l’ensemble des employés. Le montant sera calculé sur la base d’un barème arrêté de commun accord et exonéré de tout impôt.

Pour ce qui concerne le chronogramme de paiement, les employés devront recevoir trois mois de salaires à la clôture de la transition et avant le transfert au repreneur. Le reliquat sera versé six mois après la date du transfert.

«Le montant constituant le reliquat sera sécurisé dans un compte séquestre ouvert par Shell Gabon, libellé en euros à la date du transfert. Pour chaque employé, un état du solde en euros sera établi par l’employeur à la date du transfert», renseigne le procès-verbal de conciliation.

Quant aux emplois, il n’y aura pas de licenciements. Car, suivant la conciliation, Shell Gabon «s’engage à transférer la totalité des salariés vers le nouveau repreneur ainsi que tous les acquis sociaux». Le repreneur devra pour cela s’engager à ne procéder à des licenciements économiques que dans un délai de cinq ans.

Les parties ont également convenu du maintien de la politique de départs volontaires mise en place au sein de la société. Celle-ci, d’après le procès-verbal de conciliation, restera applicable lors du transfert au repreneur.

Des compensations financières devront également être trouvées aux employés en mobilité géographique ou déployés dans de nouveaux sites. Ce point de négociation comporte également la prime d’installation, le réajustement de la prime de logement et une prime spécifique pour l’éloignement et le coût de la vie.

Auxence Mengue

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] lenouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.