Le gouvernement signe la convention d’apurement de la dette

Finance
mercredi, 14 février 2018 08:06
Le gouvernement signe la convention d’apurement de la dette

(Le Nouveau Gabon) - Le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et le président du Club de Libreville Henri Claude Oyima, chef de file du groupement d’intérêt économique des entreprises créancières de l’Etat, ont signé ce 13 février 2018 à Libreville, la convention d’apurement de la dette intérieure d’un montant de 310 milliards FCfa.

Cette signature qui intervient quelques jours après l’annonce par le chef de l’Etat de lancer le règlement à 177 entreprises locales, des créances dues par l’Etat, va, de l’avis du chef du gouvernement, «contribuer à rassurer les entreprises, restaurer la confiance auprès de tous les bailleurs de fonds et surtout, permettre au final, la mise en œuvre du Plan de relance économique».

L’aboutissement de cette signature est le fruit d’intenses et âpres négociations entre la Confédération patronale gabonaise et le gouvernement depuis de longs mois. «C’est chose faite, nous nous félicitons de l’aboutissement heureux de nos négociations.», jubile Alain Bâ Oumar, président du patronat.

Par cet accord, les entreprises concernées par l’opération recevront leurs créances en deux phases dont la première porte sur un décaissement de 160 milliards FCfa en numéraires, tandis que la seconde phase, d’un montant de 150 milliards FCfa, verra son règlement étalé sur la durée du mandat du Club. D’après la primature, «grâce à la participation du secteur bancaire, toute entreprise membre du Club pourra céder sa créance aux banques membres, si elle ne souhaite pas garder sa créance pendant toute la durée du Club».

Pour le gouvernement, l’apurement de cette ardoise participe de la volonté des autorités de restaurer la confiance et la crédibilité interne et externe du Gabon. D’autant plus, affirme-t-on au ministère de l’Economie, que cette année coïncide avec la reprise des performances dans l'économie. «La crise qui frappe notre pays depuis 2014 est derrière nous. L’économie est resté très résiliente face aux effets négatifs de la conjoncture.», soutient à cet effet, Edwige Betha Essoukou, ministre délégué à l’Économie.

Pour garantir la relance de la consommation, l’une des règles du Club consiste à réinvestir les sommes perçues dans le cadre de cette opération, dans le circuit de production nationale, question de créer de la richesse et des emplois. Elles ne doivent pour cela pas faire l’objet de rapatriement systématique hors des frontières du pays.

SeM

Pour nous contacter: c o n t a c t [@] lenouveaugabon . c o m

Please publish modules in offcanvas position.